Invité ce matin sur Sud Radio, le député de l'Essonne s'est déclaré favorable à l'envoi des djihadistes français à Cayenne. 

Alors que la prison de Guantanamo est un caillou dans la chaussure diplomatique américaine, Nicolas Dupont-Aignan propose de s’inspirer de ce "modèle" à l’égard des djihadistes français. Invité ce matin sur Sud Radio, le député de l'Essonne a suggéré l’idée de "rouvrir Cayenne" pour y envoyer les candidats français au djihad comme l’ont repéré nos confrères du Scan du Figaro.

Lire aussi : Européennes 2014 : Nicolas Dupont-Aignan fait passer une kalachnikov en France

"Isoler ces fous furieux"

Publicité
"Je propose une autre hypothèse, qui, je sais, va faire hurler, mais ça m'est égal: je considère que lorsqu'un Français se livre au djihad, et se livre à des actes monstrueux, il doit à son retour en France être assigné à résidence et éloigné" a-t-il déclaré avant d’ajouter qu’il était favorable à ce "qu’on rétablisse à Cayenne un centre de détention qui permettre d’isoler ces fous furieux". En résumé, envoyer les concernés au bagne, prison à ciel ouvert fondée par Napoléon et fermée en 1938.

Visiblement conscient de la teneur de ses propos, le maire de Yerres a quand même rectifié le tir en précisant que "Cayenne, c’est une image" et en plaidant pour l’impossibilité d’un retour en métropole pour ces djihadistes. L’objectif de ce centre de rétention ? "Isoler et éduquer" répond le président de Debout la France."Je ne veux pas que ceux qui reviennent du djihad soient en libre circulation dans notre pays" a-t-il enfin précisé.

 Vidéo sur le même thème - Surveillance des jihadistes: le travail de l'ombre des services de renseignements français 


Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !

X
Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité