Le décès d'un proche est un moment difficile. Et une complication administrative, notamment en ce qui concerne l'épargne. Que devient-elle ? Que pouvez-vous faire pour débloquer des fonds ? Explications. 

Prévenir la banque

Suite à la déclaration de décès à la mairie, vous devez vous tourner vers la banque où se trouvent les différents comptes de la personne décédée. Il vous sera demandé : le certificat de décès, l'ensemble des moyens de paiement du défunt (CB, chéquiers), les contrats d'assurance-vie et autres produits d'épargne (livret A, livret de développement durable, LEP, PEL...). Le blocage des comptes : une fois la banque prévenue du décès, un dossier est transmis au service succession de l'agence qui procède au blocage des comptes, à l'annulation des procurations et à la clôture des livrets.

L'exception du compte joint : celui-ci continue à fonctionner normalement après le décès d'un des co-titulaires. Les sommes figurant sur le compte le jour du décès sont intégrées pour moitié dans la succession*.

Sachez-le : les banques acceptent souvent de débloquer une somme (jusqu'à 3050€**) pour le paiement des obsèques. C'est aux pompes funèbres d'en faire la demande. Si le compte n'est pas assez approvisionné, certaines banques acceptent de prendre les fonds sur les livrets.

* Les héritiers peuvent toutefois demander le blocage du compte jusqu'au règlement de la succession.** s'il s'agit d'un particulier qui règle les funérailles, il peut désormais obtenir leur remboursement jusqu'à 5000€ auprès de la banque, sur présentation de la facture des obsèques.

Comparez les meilleures offres de mutuelles senior (contenu sponsorisé)

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la matinale de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.