Ce 3 juillet, le célèbre chanteur Michel Polnareff fête ses 75 ans. Pour l'occasion, Planet vous propose de découvrir les secrets insoupçonnés de “l'amiral”.
abacapress

Michel Polnareff escroqué par son homme de confiance

Michel Polnareff, le célèbre chanteur de Love Me, Please Love me, a été victime de plusieurs escrocs tout au long de sa carrière d’artiste. Alors que la star est au sommet de la gloire, il cherche un homme de confiance pour pouvoir gérer ses comptes à sa place. C’est son garde du corps qui lui présente alors un certain Bernard Seneau en 1971. “Au premier rendez-vous, je ne l'avais pas senti. Je le trouvais louche, pas clair”, a déclaré le chanteur dans son autobiographie Spèrme parue en 2016.

Pendant près de deux ans, son homme de confiance gère ses comptes bancaires jusqu’à ce qu’un jour la star se voit refuser un de ses chèques dans une librairie. Le caissier de la librairie lui aurait alors affirmé qu’un de ses anciens chèques aurait été refusé, faute de provision. Après avoir contacté sa banque, l’interprète de Goodbye Marylou réalise qu’il est endetté de plusieurs centaines de milliers de francs.

Le chanteur porte plainte immédiatement contre Bernard Seneau, mais celui-ci est déjà loin. En effet, ce dernier a posé ses valises à New York et y a même ouvert un restaurant. De l’autre côté de l’Atlantique, Michel Polnareff jongle entre la justice et ses dettes. Une injustice qui l’avait même donné des envies de meurtre : “Dans ma colère, j'aurais aimé acheter un fusil de chasse à lunette pour aller lui régler son compte et remplir à nouveau le mien. Sur la route de son "exécution" j'ai décidé de faire demi-tour. Je l'aurais eu dans le viseur, le doigt sur la gâchette, sans tirer, je l'aurais tué sans qu'il y ait mort d'homme, comme dans cette scène de Voyage au bout de l'enfer, The Deer Hunter, où Robert De Niro épargne le daim”, a-t-il écrit dans son autobiographie. Finalement, la justice donne raison au chanteur en 1978 et Bernard Seneau est condamné.