Super Bowl : ces pubs trop osées qui ont fait scandale
La soirée du Super Bowl, le championnat de football américain, est aussi une aubaine aux Etats-Unis pour les marques qui rivalisent d'imagination dans leurs spots de publicité valant des millions de dollars. Certaines, jugées trop osées ou de mauvais goût, font couler beaucoup d'encre ou sont censurées. En voici cinq qui ont fait scandale ces dernières années.
Lancer le diaporama

"Les végétariens durent plus longtemps"

1/4

En 2016, la publicité pour l'organisme de défense des animaux PETA a souhaité prouver avec se spot très explicite que "les végétariens durent plus longtemps". On y voit donc la comparaison des performances sexuelles de deux couples, l'un végétarien et l'autre non végétarien. La publicité, jugée trop explicite, a été censurée et n'a pas été diffusée lors du Super Bowl.

Charlotte McKinney trop sexy ?

2/4

En 2015, c'est la publicité pour la chaîne de fast-food Carl’s Jr. qui a fait sensation lors de la soirée du Super Bowl. On y voit le mannequin Charlotte McKinney se balader en (très) petite tenue pour y promouvoir un burger. Si la publicité n'a pas été censurée, elle a beaucoup fait parler d'elle pour son côté très sexy.

Le destin trop cruel d'un chiot perdu

3/4

En 2015, cette publicité pour GoDaddy, une entreprise vendant des noms de domaines sur Internet, a été censurée de la soirée du Super Bowl. La raison ? Sa cruauté. On y voit en effet un chiot perdu faire une longue route pour rentrer chez lui. Lorsqu'il retrouve enfin ses propriétaires, ces derniers sont heureux de le revoir mais pour une raison inattendue : ils l'ont vendu sur Internet !

Le drôle de lien entre préservatif et criminalité

4/4

Mettre un préservatif pour empêcher de mettre au monde un criminel ? C'est le postulat de cette publicité pour Durex qui a été bannie de la soirée du Super Bowl en 2012. On y voit un criminel à différents stades de sa vie : il braque une banque à 70 ans, menace des femmes à 40 ans, met un chaton au four à 4 ans... puis on retrouve un couple, probablement ses parents lors de sa conception, ils ont choisi de ne pas mettre de préservatif en se disant : "Qu’est-ce qui pourrait arriver de pire ?". La publicité, jugée choquante et de mauvais goût, a été censurée.