La généralisation du télétravail a totalement chamboulé le marché immobilier. Les Franciliens se sont rués dans l'Ouest, ce qui a engendré une flambée des prix. Les municipalités s'organisent alors pour garantir aux locaux un accès au logement.
"Ça se joue à une demi-heure près" : comment les communes de l'ouest se protègent des Franciliens ?IllustrationIstock

En raison de la crise sanitaire et des mesures restrictives mises en place, l’Ouest fait face à une flambée des prix immobiliers. La généralisation du télétravail a poussé les Franciliens à quitter les petits logements des villes, pour se mettre au vert. Les recherches de résidences secondaires ont explosé, ce qui a créé un déséquilibre entre l’offre et la demande. Dans certains lieux, les locaux, ne pouvant faire face à cette nouvelle concurrence au pouvoir d’achat bien plus élevé, peinent ainsi à acquérir un bien.

Immobilier : les biens se vendent comme des petits pains

D’après le baromètre SeLoger, en décembre dernier, 43% des recherches de logement dans le département des Côtes-d'Armor provenaient de Franciliens, contre seulement 26% de Bretons. Un record ! La proportion était en plutôt inversée jusqu’ici. Conséquence de ce phénomène, les prix augmentent fortement. À Lorient par exemple, le prix au mètre carré affiche 9% de plus qu’il y a un an. À Rennes, la hausse est de 13,2%. Elle atteint même 16,5% à Vannes !

"La grosse problématique aujourd'hui c'est que dès qu'on entre un nouveau bien et que l'on relance trois ou quatre clients qui correspondent à ce bien, les trois ou quatre font une offre sans même visiter", explique Baptiste Marnas, agent immobilier dans le Morbihan, au micro d'Europe 1. "Donc on arrive à des situations où ça se joue à une minute ou à une demi-heure près."

Pour assurer un accès au logement aux habitants, certaines municipalités ont instauré une nouvelle politique...

Vidéo : Crédit immobilier : pouvez-vous renégocier votre dossier ?

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la newsletter de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.