Ces métiers peu connus qui rapportent gros
Au revoir les postes de traders, de stars du ballon rond, de chroniqueurs télévisés ou encore d'ingénieurs en aéronautique… Pour bien gagner sa vie en 2017, il convient de miser sur des professions peu connues du grand public. Promis, il y en a pour tous les goûts.  

Le gumologist : celui qui mâche des shewing-gum toute la journée

1/10
Le gumologist : celui qui mâche des shewing-gum toute la journée

Pour tester des shewing-gum, il peut gagner jusqu'à 8 000 euros par mois. 

Le sexeur de poussins : celui qui sélectionne les femelles poussins

2/10
Le sexeur de poussins : celui qui sélectionne les femelles poussins

Il peut gagner jusqu'à 55 000 euros par an. Soit 4 500 euros par mois en moyenne. 

Le scaphandrier travaux publics : celui qui inspecte, construit et répare dans la mer

3/10
Le scaphandrier travaux publics : celui qui inspecte, construit et répare dans la mer

Il gagne 80 000 euros par an en moyenne. 

Voir la suite du diaporama

Le nettoyeur d’écrans de cinéma : celui qui enlève les résidus de poussière au cinéma

4/10
Le nettoyeur d’écrans de cinéma : celui qui enlève les résidus de poussière au cinéma

Son salaire moyen : 48 000 euros par an.

L'ingénieur patrimonial : celui qui conseille les banquiers privés

5/10
L'ingénieur patrimonial : celui qui conseille les banquiers privés

Son salaire oscille entre 24 000 à 122 000 euros par an, hors bonus. 

Le fundraiser : celui qui collecte de fonds pour des associations ou des fondations

6/10
Le fundraiser : celui qui collecte de fonds pour des associations ou des fondations

S'il début généralement sa carrière à 30 000 euros par an, son salaire peut atteindre 100 000 euros après 8 à 10 années d’expérience.

Le data scientist : celui qui décrypte les données numériques

7/10
Le data scientist : celui qui décrypte les données numériques

Il gagne entre 35 000 et 60 000 euros par an. 

Le consolideur : celui qui synthétise et uniformise les comptes des entreprises

8/10
Le consolideur : celui qui synthétise et uniformise les comptes des entreprises

Il peut gagner jusqu'à 75 000 euros par an.

Le cash manager : celui qui veille aux besoins financiers quotidiens des sociétés

9/10
Le cash manager : celui qui veille aux besoins financiers quotidiens des sociétés

Il peut gagner jusqu'à 75 000 euros par an (35 000 en début de carrière).

L'actuaire : celui qui, au sein d’une compagnie d’assurance, réalise des calculs compliqués pour chiffrer les risques

10/10
L'actuaire : celui qui, au sein d’une compagnie d’assurance, réalise des calculs compliqués pour chiffrer les risques

Il peut gagner jusqu'à 85 000 euros par an.