"Rapidité, efficacité et résultats" sont les 3 mots fixés par Élisabeth Borne. Selon la nouvelle Première ministre, "les premières semaines" de l'action du gouvernement "doivent être consacrées à répondre aux urgences des Français". Première priorité, le pouvoir d'achat.

Pouvoir d'achat, santé, climat. Voici les 3 priorités du gouvernement Borne. Comme l’a indiqué la Première ministre ce vendredi 27 mai au cours d’une réunion de travail avec ses ministres, elles s’accouplent à 3 mots d’ordre : "rapidité, efficacité et résultats." "Je voulais évoquer les sujets de contexte, de méthode et de calendrier pour nous permettre de fixer un cadre commun à notre action", a déclaré Élisabeth Borne. Ainsi, "les premières semaines de notre action doivent être consacrées à répondre aux urgences des Français", a-t-elle rappelé, à l'issue de deux heures de réunion à Matignon, avec l'ensemble de l’exécutif, rapporte l'AFP.

Pour faire face à l’inflation qui ne cesse de grimper depuis le début de l’année, la cheffe du gouvernement a affirmé que "la première urgence" constitue le pouvoir d’achat. "L'impact moyen de cette inflation est d'environ 90 euros par mois et par ménage. C'est un choc rapide et hétérogène sur le pouvoir d'achat", a averti Mathieu Plane, économiste de l'Observatoire français des conjonctures économiques (OFCE), durant un point presse cette semaine. 

Au cours de cette réunion, la remplaçante de Jean Castex a aussi évoqué les pénuries de personnel de santé dans les hôpitaux ainsi que la transition écologique.

Pouvoir d’achat : opération séduction auprès des actifs et des retraités

Conscient qu’il devra conforter sa majorité à l'Assemblée nationale s'il entend faire voter ses textes rapidement, avant de s’attaquer au brûlant dossier de la réforme des retraites, prévu à la rentrée, à quelques semaines des législatives, le gouvernement tente de séduire actifs et retraités. "Nous sommes convenus qu'il ne devait y avoir ni oubliés ni angles morts. Outre les retraités, les salariés, les indépendants, les agents publics, j'ai demandé à mes ministres d'avoir une attention particulière pour les étudiants", a précisé Elisabeth Borne durant une conférence de presse.

"Des lois d’urgence pour le pouvoir d’achat seront les premiers textes de ce quinquennat. Elles seront examinées par l’Assemblée dès la reprise de ses travaux", a détaillé la Première ministre. Soit après les élections législatives qui se tiendront les 12 et 19 juin.

Si rien n’est encore figé, quelles sont alors les mesures qui pourraient faire partie de la grande loi consacrée au pouvoir d’achat ? Découvrez-les dans le diaporama ci-dessous.

La prime Macron

1/7
La prime Macron

Comme l’a promis l'ancienne ministre du Travail rue de Varenne, "la première urgence, c'est le pouvoir d'achat. Les lois d'urgence pour le pouvoir d'achat seront les premiers textes de ce quinquennat". 

La prime Macron défiscalisée et sans cotisation jusqu'à 6 000 euros pourrait en faire partie. 

Seuls les employés dont le salaire est inférieur au triple du Smic peuvent en bénéficier.

Pour rappel, son versement, qui est entièrement exonéré d’impôt, dépend toutefois de la volonté de l’employeur. 

Un dispositif pour les gros rouleurs

2/7
Un dispositif pour les gros rouleurs

Face à la flambée des prix du carburant, une mesure d'aide aux "gros rouleurs" est à l'étude. Le gouvernement "travaille à un dispositif plus fin pour accompagner tous ceux qu'on appelle les gros rouleurs, tous ceux qui ont besoin de carburant pour travailler et qui ont une consommation obligée", a déclaré la ministre de la Transition énergétique Agnès Pannier-Runacher au micro de BFMTV, ce mardi 24 mai.

Un chèque alimentaire

3/7
Un chèque alimentaire

Étudiants, 18-25 ans, classes modestes et/ou moyennes... Ce coup de pouce qui profiterait aux plus démunis devrait également figurer dans le projet de loi pouvoir d'achat. 

Le montant du chèque alimentaire devrait être compris entre 30 euros et 60 euros. Aucune décision n’est encore arrêtée, les derniers détails devraient être communiqués dans les prochaines semaines. 

Prolongement du bouclier tarifaire

4/7
Prolongement du bouclier tarifaire

Face à l’explosion des prix de l’énergie toujours présente en France, le gouvernement a décidé de prolonger le bouclier tarifaire jusqu’à la fin de l’année 2022.

Le texte est "déjà travaillé, préparé et sera présenté dans la foulée des élections législatives pour être adopté très rapidement", a déclaré courant mai l’ancien porte-parole du gouvernement, Gabriel Attal.

Accélération de l'indexation des prestations sociales

5/7
Accélération de l'indexation des prestations sociales

Aides sociales, pensions de retraite… Les prestations sociales pourraient être indexées sur l’inflation. Ce sera le cas des retraites dès le mois de juillet prochain, qui sont versées le 9 août. "Si on tient compte d’une inflation à 4%, pour une pension à 1200 euros, c’est un gain de 45 euros par mois", a annoncé le ministre du Travail, Olivier Dussopt, sur RTL.

Dégel du point d'indice des fonctionnaires

6/7
Dégel du point d'indice des fonctionnaires

Le dégel de la valeur du point d’indice sera intégré dans un projet de loi de finances rectificative, qui sera présenté après les élections législatives. 

Augmentation des salaires ?

7/7
Augmentation des salaires ?

Après avoir réuni le MEDEF, la CPME, l'U2P (Union des entreprises de proximité) et d'autres organisations patronales à Bercy pour évoquer les effets de la crise sur l'économie, Bruno Le Maire a suscité une première polémique, auprès des centrales. Ce lundi 23 mai, le ministre de l’Économie a demandé aux entreprises qui "le peuvent" d'augmenter les salaires sans avoir invité les syndicats. Les critiques ont dès lors fusé. 

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la newsletter de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.