Télévision, appareils électroniques ou électroménagers, meubles… Le paiement en plusieurs fois avec ou sans frais, utilisé depuis de nombreuses années, se démocratise. Pour inciter les Français à dépenser davantage, de plus en plus de commerçants proposent ce mode de règlement. Aubaine ou piège ?
Sommaire
Paiement fractionné sans frais : la solution pour booster les achats ?IllustrationIstock

Depuis le début de la crise sanitaire, le marché du crédit s’est étendu. Si, les Français avaient jusqu’ici l’habitude de régler les gros achats en plusieurs fois (télévision, ordinateur, électroménager, cuisine…), sans frais ou avec paiement d’un taux d’intérêt, ils ont à présent pour coutume d’appliquer ce mode de règlement pour leurs emplettes en ligne. Très souvent, les habits, bijoux et autres objets convoités peuvent être obtenus en 3 ou 4 fois, sans intérêt.

Ces derniers mois, malgré la croissance du e-commerce en raison des restrictions sanitaires, les sociétés proposant ce type d’offre se sont multipliées. "Ce service était au départ à l’initiative des filiales de grands distributeurs, Oney chez Auchan ou Floa chez Casino, dans l’objectif de stimuler leurs ventes", indique au Figaro Thierry Mennesson, associé chez Oliver Wyman.

Paiement en plusieurs fois sans frais : les consommateurs séduits

Lorsque les montants sont petits (moins de 200 euros pour contourner la loi Lagarde de 2010 réglementant le crédit à la consommation), le client n’a pas à effectuer de démarches. Nul besoin de remplir un dossier ou de fournir des fiches de paie. Sur un site de e-commerce, il suffit de quelques clics pour payer en ligne.

"Nous demandons assez d’informations pour connaître le client sans le faire fuir", assure Louis Chatriot, le cofondateur et PDG d’Alma, dont le volume de paiement devrait être multiplié par 4 en 2021. La start-up n’exige que l’empreinte de carte bancaire de ses clients et leur adresse e-mail.

"Ce qui a fait le succès des offres de paiement fractionné ces derniers mois, c’est l’absence de paperasse, mais surtout la gratuité", atteste de son côté Julien Maldonato, associé chez Deloitte.

Est-ce pour autant réellement gratuit ?

Vous souhaitez faire une reconversion ? Vous souhaitez changer de métier ? Bénéficiez d'un accompagnement personnalisé : 100% pris en charge par l'état >

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la newsletter de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.