Hausse des prix du carburant, augmentation des cotisations mutuelles... On aurait tendance à attribuer l'ensemble de ces mouvements haussiers à une seule et même personne : Emmanuel Macron. Mais qu'en est-il réellement ? Ces augmentations ont-elles vraiment toutes été initiées par le président ? Vous pourriez être surpris !
AFP
Sommaire

Augmentation des prix : Emmanuel Macron, le coupable idéal

L'actuel chef de l'Etat est connu pour créé un nouvel impôt chaque mois. Fruit du hasard ou non, sur le volet de la consommation, un certain nombre de tarifs en nette hausse ont également été constatés depuis son élection il y a un an. Le fait est qu'Emmanuel Macron ne serait pas responsable de toutes ces révisions...

A lire aussi : Emmanuel Macron : sa technique pour amadouer les retraités

Le journal 20 Minutes a mené l'enquête (histoire de dêméler le vrai du faux). Il s'est penché, au cas par cas, sur l'ensemble des tarifs ayant augmenté sur une année afin de savoir si le président de la République se révélait coupable ou non de l'intégralité de ces ajustements tarifaires. Or, il se pourrait que certaines augmentations soient, en réalité, liées à des décisions prises par les gouvernements précédents, à l'Union Européenne et même parfois à des acteurs tout droits venus du privé. Responsable mais pas toujours coupable Emmanuel Macron ? On fait le point.

Hausse de la CSG : Macron

Elle faisait partie de son programme. Elle est donc entrée en vigueur le 1er janvier dernier. La CSG a augmenté de 1,7 point cette année, passant de 7,5 à 9,2 %, rappelle 20 Minutes. De fait, si cette mesure avait pour but de redonner du pouvoir d'achat aux salariés du privé, elle impacte de plein fouet une partie des retraités ainsi que les propriétaires bailleurs.

Hausse des prix du contrôle technique : not Macron

Avis aux automobilistes ! Dès le 20 mai 2018, le contrôle technique nouveau sera plus cher et plus rigoureux. En cause ? Une décision émanant de l'Union Européenne datant de 2014 qu'Emmanuel Macron ne fait, en réalité, qu'appliquer.

Augmentation du prix du tabac : Macron

Depuis le 1er mars, les prix des paquets de cigarettes ont, une nouvelle fois, été revus à la hausse. L'augmentation oscille entre 70 centimes et 1 euro. Elle s'inscrit dans la continuité d'une autre hausse opérée quelques mois plus tôt, en novembre 2017. Laquelle était fixée à 30 centimes d'euros.

Prix des nouveaux PV de stationnement : not Macron

Tel que le rappelle 20 Minutes, cette augmentation est sans nul doute l'une des plus impressionnantes hausses jamais constatées : + 130 % pour ce qui concerne le prix des nouveaux PV de stationnement. À qui la faute ? Depuis le 1er janvier 2018, ce n'est plus l'Etat qui fixe leurs tarifs, mais bien les municipalités. Et certaines ont le don de fixer des prix particulièrement élevés. Comptez 60 euros dans le centre de Lyon par exemple. Et si les municipalités ont obtenu ce droit, c'est uniquement dû à une loi votée en 2014 le permettant. A cette époque, Emmanuel Macron ne jouait pas encore dans la cours des très grands.

Hausse des tarifs de l'électricité : Macron

On craignait que les prix de l'électricité ne subissent une hausse de 17 %. Et puis non. Certes, les tarifs ont progressé de 0,8 % en moyenne depuis le 1er février 2018 (et ce, à l'initiative du président), mais la douloureuse est donc moins impressionnante à digérer que celle que l'on avait envisagée. Pour autant, augmentation – même minime – il y a. En réalité, cette hausse serait de 0,7 % pour les particuliers, portée à 1,6 % pour les très petits professionnels, poursuit 20 Minutes.

Cotisations pour les mutuelles : not Macron

Dans les faits, les mutuelles réajustent elles-mêmes leurs prix. Et cette année, la hausse oscille entre 2 et 4 %. Néanmoins, il convient de prendre en compte une chose... A savoir que lesdits ajustements sont, en général, liés à des décisions prises par le gouvernement. Résultat : lorsque, au hasard, le forfait hospitalier augmente, celui de votre mutuelle également.

Augmentation du forfait hospitalier : Macron

Et justement sur le volet de la santé, le forfait hospitalier est donc passé de 18 à 20 euros. Une augmentation de 11 % voulue pour l'actuel gouvernement. Ledit forfait n'avait pas augmenté depuis 8 ans. Et s'il s'avère entièrement pris en charge par les mutuelles, vous connaissez toutefois également désormais les répercussions tarifaires qui en émanent.

Prix du timbre : not Macron

En 2018, les tarifs des timbres rouges ont, en effet, bien augmenté. Ils sont passés de 85 à 95 centimes. Les verts, de leurs côtés, ont subi une hausse de 7 centimes pour atteindre 80 centimes d'euros. Quant au prix de l'écopli, il est désormais fixé à 78 centimes (contre 71 centimes auparavant). Pour le coup, c'est l'Autorité de régulation des communications électroniques et des postes (ARCEP) qui fixe les tarifs. Or, ceux-ci ont été décidés il y a quatre ans.

Hausse du prix du carburant : Macron

Elle a été confirmée en septembre 2017 par le gouvernement : une hausse de 10 % sur les carburants a donc fortement été ressentie par les conducteurs depuis qu'elle est appliquée (soit depuis janvier 2018). Elle est ainsi portée à 7,6 centimes par litre sur le diesel, à 3,9 centimes par litre pour ce qui est de l'essence.

Augmentation des prix de la carte grise : not Macron

Ultime ajustement tarifaire : celui de la carte grise. Son prix aurait, en effet, augmenté dans deux anciennes régions de France en 2018. A savoir : en Alsace (+ 4,77 %), ainsi qu'en Champagne-Ardenne (+ 6,24 %). Dans tous les cas, conclut 20 Minutes, ce sont bien les Conseils régionaux qui fixent le prix de la carte grise.... Not Macron.

En vidéo - Le duel de l'éco: Emmanuel Macron a-t-il eu tort d'augmenter la CSG ?

Téléchargez gratuitement votre guide mutuelle senior 2022 et économisez sur votre facture santé ! En savoir plus >

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la newsletter de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.