Les grévistes et les opposants à la réforme des retraites n'ont pas encore dit leur dernier mot ! Contre le projet du gouvernement, ils ont prévu une opération coup de poing : ils ont déconnectés de nombreux compteurs Linky.
Linky : en Lorraine, 2000 foyers profitent de l'électricité gratuiteAFP

"Nous ne sommes ni des casseurs, ni des nantis mais des lanceurs d'alerte d'un service public qui se meurt", assènent, pour toute protection, les agents de la CGT Mines Energie Thionville. Pour dire leur opposition à la réforme, ils ont déconnectés plus de 2000 compteurs Linky en Lorraine, rapporte Capital, qui s'appuie sur les informations publiées par des titres locaux comme France Bleu Lorraine et Le Républicain Lorrain. "Nous reprenons la main sur l'outil de travail afin de contribuer à la défense de l'intérêt général et pour obtenir les moyens nécessaires pour un véritable service public de l'énergie en France", poursuit la branche du syndicat, dans son communiqué.

Contrairement aux précédentes interventions coup de poing qui avaient entraîné des coupures d'électricité, comme le rappelle Le Parisien, celle-ci pourrait être plus appréciée des résidents. Et pour cause ! Une fois mis hors-jeu, les compteurs intelligents cessent simplement de facturer l'énergie consommée. Par conséquent, les 2000 et quelques foyers concernés devraient profiter de "l'électricité gratuite jusqu'à nouvel ordre", écrit le mensuel spécialisé en économie.

Plusieurs municipalités sont touchées par l'action de la CGT. C'est évidemment le cas de Thionville (Moselle, Grand Est), mais aussi de Joeuf (Meurthe-et-Moselle, Grand Est) et de Réhon (Meurthe-et-Moselle, Grand Est).

Comment déconnecte-t-on un compteur Linky ?

Chacun des appareils posé par Enedis est équipé d'une carte SIM capable de relever les données de consommation. Pour empêcher Linky de facturer les Lorraines et les Lorrains concernés, les agents de la CGT ont donc subtilisé la puce du compteur. Une action qui pourrait d'ailleurs les exposer à des sanctions, rappelle France Bleu, mais qui ne constitue qu'un début.

"Nous avons 19 centrales nucléaires qui sont aujourd'hui prêtes à arrêter la production d'électricité, cela se ferait bien évidemment dans le cadre sécuritaire qu'impose le nucléaire mais nous pouvons très bien appuyer sur un bouton et arrêter la production", alerte d'ailleurs Rachel Neis, coordinatrice de la CGT Mines Energies en Lorraine.

Avant cela, cependant, elle souligne le caractère "populaire et bienveillant" de son action. "Nous agissons pour le bien commun", estime-t-elle.

Obtenez votre guide mutuelle des seniors et profitez d'un accompagnement personnalisé !

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la newsletter de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.