Le Médiateur national de l'énergie (MNE) a publié ce mardi un rapport sur les fournisseurs de gaz et d'électricité. Les plaintes des clients se sont multipliées.
Fournisseurs de gaz et d'électricité : hausse du nombre de litiges de 35% sur l'année 2019IllustrationIstock

Certains fournisseurs de gaz et d'électricité reçoivent plus de plaintes que les autres. C'est le cas par exemple d'Eni qui, à l'instar de nombreux autres opérateurs, se trouve dans le viseur du Médiateur national de l'énergie (MNE), rapporte Le Parisien. Dans son rapport publié ce mardi 16 juin 2020, ce dernier explique avoir enregistré un nombre de litiges impressionnants en 2019 : 22 807. Cela correspond donc à une hausse de 35% par rapport à l'année 2018. Il est même possible de voir une augmentation de 86% de ces plaintes par rapport à 2016 et la moitié des problèmes sont liés à de la surfacturation ! En tout, Eni comptabilise 329 litiges sur l'année 2019, rapportés à 100 000 contrats résidentiels en gaz ou électricité.

La société est donc loin devant ses concurrents comme Engie (96), Total Direct Energie (93), Ekwateur (43) ou encore EDF (39). De plus, le MNE n'est pas le seul à prendre pour cible la société italienne. En effet, l'association de consommateurs CLCV (Consommation, logement et cadre de vie) a assigné le fournisseur de gaz et d'électricité en justice devant le tribunal de Paris pour "pratiques commerciales agressives". Pour quelles raisons l'entreprise est-elle blâmée ?

Eni : des "procédés frauduleux" ?

"Les démarcheurs d'Eni n'hésitent pas, pour parvenir à capter un maximum d'abonnés, à recourir à des procédés frauduleux", affirme le document envoyé au tribunal et cité par Le Parisien. Il contient d'ailleurs de nombreux témoignages de clients mécontents des services proposés par Eni. C'est par exemple le cas d'une bordelaise de 44 ans, Isabelle (nom d'emprunt) qui a reçu des pressions de la part d'un employé de la société italienne qui s'est présenté à sa porte. Ce dernier lui a expliqué que son fournisseur, la Régie de gaz de Bordeaux "avait décidé de ne plus s'occuper des foyers dont la consommation était supérieure à un certain volume".

Le vendeur lui a donc proposé de basculer chez Eni, mais, devant l'hésitation d'Isabelle, il lui aurait déclaré que sa facture augmenterait dans les 15 jours si elle refusait de signer. D'autres témoignages similaires sont présentés dans le documents, points qui viennent corroborer la décision prise par la répression des fraudes (DGCCRF).

Profitez d'un mois offert et accéder à des milliers de livres en ligne, jeux en ligne et cours en ligne !

Vidéo : Un risque de hausse de votre facture d'électricité de 30 € à 60 €

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la newsletter de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.