En son temps à Matignon, Edouard Philippe avait promis aux Gilets jaunes de réduire drastiquement le coût des pièces automobiles. Le monopole des constructeurs pourrait finalement être brisé.
Auto : la bonne nouvelle que vous n'aviez peut-être pas vu venirIstock

D’aucuns affirment parfois que les Gilets jaunes n’ont pas su arracher grand chose à l’exécutif. Pourtant, rappelle France Inter, force est de constater qu’ils ont remporté un certain nombre de batailles. Parmi elles, la suppression de la hausse de la CSG pour les retraités touchant plus de 2 000 euros par mois, le gel temporaire des tarifs du gaz et de l’électricité ou l’annulation du durcissement du contrôle technique. Mais c’est loin d’être tout !

Comme l’explique le magazine spécialisé Dossier Familial, les Gilets jaunes pourront aussi se féliciter des baisses de tarifs des pièces automobiles. Leur prix, dans certains cas, pourrait chuter jusqu’à - 68 %. Une économie considérable pour toutes les Françaises et tous les Français qui ont besoin de faire réparer leur véhicule.

Auto : quelles seront les pièces qui bénéficieront d’une réduction ?

Parce que les fournisseurs de pièces de carrosserie pourront à terme passer par des fabricants tiers, certaines pièces pourraient coûter considérablement moins cher. Ainsi, un pare-choc avant pour une Renault Clio serait 60% moins onéreux qu’à l’accoutumée tandis qu’une aile avant-droite de Peugeot 208 reviendrait 63% moins cher. Le grand gagnant des réductions n’est autre que le capot de Citroën C4 Grand Picasso avec ses - 68%.

Ne perdez pas de vue, cependant, que le prix de la main d'œuvre n’a pas changé de son côté. Il faudra aussi la régler. Cependant, bien souvent, elle s’avère être la partie la moins chère de la facture, notent nos confrères.

Comparez et économisez sur votre mutuelle santé !

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la newsletter de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.