Depuis le début du quinquennat d'Emmanuel Macron, la relation entre les retraités et la CSG est compliquée. Cette fois-ci, c'est une erreur de la Cnav qui pourrait leur coûter (très) cher.
Retraite : aïe ! A cause d'une erreur, vous allez (peut-être) devoir rembourser la CSGIllustrationIstock

Ils sont en rogne. Et il y a de quoi ! Certains retraités Français vont devoir payer les pots cassés après une erreur qu'ils n'ont pas commis. En cause ? La Caisse nationale d'assurance vieillesse (Cnav), qui leur re-demande désormais des sommes qu'ils ont déjà perçu - et potentiellement déjà dépensées. Le courrier, qui a prévenu les quelques 212 000 contribuables concernés est normalement arrivé dans le courant de l'été 2020 rapporte Capital, qui tend ses micros à tant à l'organisme fautif qu'aux associations agacées.

"Pour nous, comme il s'agit d'une erreur de l'administration, ces retraités ne devraient pas avoir à rembourser", argue d'ailleurs Didier Hotte, le secrétaire adjoint de l'Union confédérale des retraités FO. Son syndicat, précise-t-il, s'est d'ailleurs fendu d'un pli destiné à Olivier Dussopt, le ministre délégué responsable des Comptes publics. Dans la lettre, les cadres de l'organisation ne laissent apparemment pas de doute sur la nature de leur requête : ils ne demande ni plus ni moins que l'annulation de la procédure de remboursement. Et eux d'insister, souligne le mensuel spécialisé en économie : "Puisque le droit  à l'erreur est maintenant reconnu dans les rapports des citoyens comme des entreprises avec l'administration, vous conviendrez que la conclusion logique est de faire en sorte que les conséquences de cette erreur ne soient pas dommageables pour les citoyens".

Mais quelle erreur la Cnav a-t-elle commis au juste ?

Un problème de calcul qui coûtera cher aux retraités ?

"Nous avons calculé des assujettissement de CSG à tort", explique sobrement la Caisse nationale d'assurance vieillesse. Les faits, souligne Capital, prennent racine en 2018. A l'époque, Emmanuel Macron et son exécutif d'alors décident de forte hausse de la CSG, lesquelles sont largement contestées. Elles sont inscrites dans la loi de financement de la Sécurité sociale de 2018. Pourtant, le gouvernement finit par faire marche arrière. De là commencent les confusions…

Obtenez le guide pour investir dans l'immobilier et réduire vos impôts jusqu'à 6000€ !

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la newsletter de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.