Le président de la République a fini par trancher : Noël ne sera pas annulé cette année. Cependant, faut-il célébrer comme vous l'avez fait chaque année ? Pour l'économiste Philippe Crevel, il est important de conserver les fêtes de fin d'année, au risque sinon d'endommager durablement l'économie.
Noël & Coronavirus : "Nous ne pourrons pas éternellement opposer l'économie et la santé"Istock

 Philippe Crevel est économiste, spécialiste des questions macroéconomiques. Il a fondé Lorello Ecodata, société d'études et de stratégies économiques, et dirige le Cercle de l'Epargne. Il s'agit d'un centre d'études et d'information consacré à l'épargne et à la retraite.

Noël, une fête inévitable malgré la crise sanitaire ?

Planet.fr : Nombreux sont les Français qui espèrent encore fêter Noël cette année. Au vu et au su de la situation économique française, peut-on se permettre de ne pas célébrer Noël ? Quels sont les risques immédiats auxquels s'exposerait la nation  ?

Philippe Crevel :  Noël sera-t-il Noël ? La naissance de Jésus Christ, la fin d’année et les rois mages sont des dates incontournables tant sur le plan de la foi que sur le terrain plus matérialiste de l’économie.

> Mutuelle, téléchargez gratuitement le guide complet pour trouver la solution idéale

Cette situation concerne une grande partie de l’humanité. En France, les dépenses de Noël représentent, en temps normal, plus de 70 milliards d’euros dont plus de 55 sont réalisés dans les commerces et une quinzaine en ligne. Cette année, cette proportion risque d’être différente. Pour certains secteurs, comme les jouets, le chocolat, les fêtes de fin d’année sont cruciales dans la réalisation du chiffre d’affaires. 35 % du chiffre d’affaires de l’industrie du jouet sont réalisés entre fin novembre et fin décembre. Pour la maroquinerie, ce taux est de 40 % ; pour la parfumerie, il dépasse 35 %.

"Ne pas fêter Noël serait lourd de conséquence" – Philippe Crevel

Les commerces, ayant vécu trois mois de confinement, comptent sur la fin de l’année pour s’en sortir. Mais derrière les commerçants, il y a des filières entières menacées de péricliter, le jouet, la pharmacie, le textile, la maroquinerie, le luxe, la bijouterie, etc. Une mise sous cloche de Noël serait lourde de conséquences en termes d’emploi. Par ailleurs, l’effet psychologique pour la population ne serait pas négligeable.

Retrouvez le goût d'apprendre ! Des milliers de cours interactifs 100% en ligne sur tous vos sujets préférés !

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la newsletter de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.