Depuis le début de l'été, cet octogénaire ne perçoit plus un seul centime de retraite. Il a pourtant travaillé toute sa vie durant et liquidé ses droits à la retraite. Mais que s'est-il passé ?

Il a été barman à Paris, tenancier de bistrot à Rouillac, Angoulême… Dans les colonnes du quotidien Charente Libre, il égrenne les (nombreux) boulots qu'il a fait au cours de sa vie. Autant d'emplois qui, ça fait sens, auraient du lui ouvrir l'accès à une retraite bien méritée. Pourtant, cet habitant de Taponnat-Fleurignac (Charente, Nouvelle Aquitaine) qui a bel et bien liquidé ses droits ne perçoit rien. Pas un centime. Depuis le 17 juin 2020, il n'a plus droit au moindre euro de la part des caisses de retraite dont il dépend. "Rocambolesque", commentent simplement nos confrères, qui ont rencontré le pauvre homme.

Après deux mois au pain sec et à l'eau - ou presque - les comptes de Charles Fezard, c'est son nom, sont dans le rouge. Il survit grâce à sa femme, Christiane, la mère de ses quatre enfants. Et, à défaut d'argent, il a conservé un certain "sens de l'humour" écrit le journal. "Autrefois, un homme qui vivait aux crochets d'une femme, on appelait ça un gigolo ou un maquereaux", s'exclame-t-il. Un rire qui semble plus jaune que serein. Et pour cause ! Toute cette situation n'a que trop durée et le retraité commence à perdre patience. Il ne comprend toujours pas pourquoi il a été déclaré mort.

Officiellement mort, il ne touche plus sa retraite

C'est là tout le noeud du problème : si Charles Fezard n'a plus le droit à sa pension de retraite, c'est parce qu'administrativement, il est considéré mort. La situation est usante et lui pèse beaucoup. Questionné sur son âge, il répond d'un simple : "83 ans et demi. Enfin, je ne sais pas, puisque je suis mort". "Cela me cause un préjudice moral, mais mais aussi financier !", s'indigne-t-il encore. Outre les problèmes pécunières - cet imbroglio l'amputant de presque 1000 euros par mois -  une question le taraude particulièrement…

Obtenez le guide pour investir dans l'immobilier et réduire vos impôts jusqu'à 6000€ !

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la newsletter de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.