Vous ne voulez pas vous faire avoir en payant avec le sans-contact ? Soyez extrêmement vigilants. Un nombre considérable d'escrocs sévissent en France.
Carte bancaire sans contact : n'oubliez surtout pas de regarder avant de payer !Istock

Attention arnaque ! Certains escrocs se creusent longuement la tête et développent des modes opératoires particulièrement sophistiqués. Pas celui-ci. Et pourtant, informe France 3, sa stratégie a payé ! Jusqu’à ce qu’il ne se fasse prendre, à tout le moins. Au total, il aurait réussi à soutirer plus de 13 000 euros à ses victimes avant de comparaître devant les tribunaux. Plus inquiétant, peut-être : il est loin d’être le seul.

Pour l’essentiel - sinon pour l’intégralité -, ces arnaqueurs en herbe sont des commerçants. Souvent, leurs finances ont été mises à mal par la crise sanitaire. Dès lors, quelques-uns parmi eux ont visiblement décidé d’avoir recours au vol pour se refaire une santé. Et leur astuce, toute simple puisse-t-elle sembler, a bien des chances de passer inaperçue. C’est parce qu’elle repose uniquement sur votre manque d’attention… et sur le paiement par carte, mais en sans contact.

Sans contact : comment font les escrocs pour vous arnaquer ?

Ces malandrins profitent donc de l’explosion du paiement sans contact, propulsé par la crise sanitaire, pour facturer leurs clients plus qu’ils ne le devraient. Parce qu’une majorité d’entre eux ne réclament pas nécessairement de tickets de caisse et ne sont guère vigilants au moment de valider la transaction, la fraude passe inaperçue. Pensez donc à vérifier le montant qui s’affiche sur le terminal de paiement ou, a minima, à exiger une souche pour rester informé(e). Sans quoi, il faudra sans doute s’attendre à une mauvaise surprise...

Sachez, par ailleurs, qu’une fraude de ce type sur trois n’est pas remboursée par la banque. A bon entendeur.

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la newsletter de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.