Les fêtes de fin d'année risquent d'être fortement perturbées, voire compromises… pour "sauver 2021". Voici les prédictions du professeur Gilles Pialoux, chef du service des maladies infectieuses et tropicales.
"Oublier les vacances de Noël" : les dernières annoncesIllustrationIstock

Pourra-t-on fêter Noël avec nos proches ? L’incertitude plane et chaque jour, de nouvelles annonces font craindre le pire. Comme l’a d’ailleurs précisé Olivier Véran ce mardi 3 novembre sur RTL, malgré les mesures de confinement prises pour endiguer la propagation de la Covid-19, l’épidémie ne prendra pas fin en décembre. "Noël ne sera pas une fête normale", a-t-il concédé.

Un avis partagé par Arnaud Fontanet, épidémiologiste à l'Institut Pasteur et membre du Conseil scientifique. Durant le Grand Jury RTL, Le Figaro, LCI, il a expliqué que "si le confinement fonctionne bien (...) selon les régions françaises, on s'attend à un mois avec une baisse de 65 à 80% des infections. Il faudrait deux mois pour baisser de 80 à 90%. On arrive donc dans la période de Noël".

Ce vendredi 6 novembre, le professeur Gilles Pialoux, a de son côté indiqué au micro de BFMTV que la deuxième vague pourrait compromettre la tenue des fêtes de fin d’année.

Covid-19 : "Il faut probablement oublier les vacances de Noël"

D’après le chef du service des maladies infectieuses et tropicales de Tenon à Paris "il faut probablement oublier les vacances de Noël". "C'est une des possibilités. Oublier mais pour sauver 2021", ajoute-t-il.

Il redoute en effet que les célébrations habituelles de Noël et du Nouvel An ne fassent qu’accentuer la circulation du virus, qui se veut plus forte que lors de la première vague. Plus de 4000 patients sont d’ailleurs actuellement en réanimation ou en soins intensifs, soit un chiffre similaire à celui enregistré lors du pic d’avril dernier.

Ne pas fêter Noël serait-il alors un mal pour un bien ?

Vidéo : Troisième confinement : méfiez-vous de ce message qui circule

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la newsletter de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.