Depuis jeudi dernier, des milliers de transactions ont déjà été réalisées entre particuliers qui mettent en vente les cadeaux reçus à Noël.

On dit que c’est dans l’air du temps, que c’est tendance, que c’est lié aux nouvelles technologies, à Internet plus précisément… Mais revendre des cadeaux que l’on vient de recevoir, est-ce moralement acceptable ? La question peut en effet se poser à l'heure où une partie de la population trouve encore cette pratique choquante. Ce faisant, selon un sondage Opinionway réalisé en 2012, plus de la moitié des Français (52%) admet ne pas être hostile à l’idée. En revanche, une étude réalisée par le site spécialisé Priceminister indique que seulement un tiers des Français ont déjà revendu un cadeau reçu à Noël. Alors, est-ce moral de revendre ses cadeaux ?

Quid de la valeur immatérielle du cadeau ?

Lorsque l’on prend la décision de revendre un cadeau, seules son utilité et sa valeur marchande sont prises en compte. De fait, le présent qui est offert n’est compris que dans sa dimension matérielle. Il est même réduit à son caractère financier pour ainsi dire. L’effort consenti par la personne qui s’est déplacée pour trouver une idée et vous donner ce dont elle a jugé bon de vous offrir est comme gommé par l’appétit financier qui découlera de la transaction.

Publicité
Publicité

Lire aussi - L’échange de cadeaux : moins culpabilisant que la revente ? 

Ainsi, cela équivaudrait à considérer que la valeur du cadeau est un "dû" et non un "don" alors qu’un cadeau, justement, est censé être apprécié autrement que par son prix (n’enlevons-nous pas les étiquettes sur les objets que nous offrons ?).

Le co-fondateur de PriceMinister.com ne dit pas autres choses lorsqu’il explique que ce sont "les dépités, les mécontents de leurs cadeaux et les frustrés" qui se connectent dès le 25 décembre sur le site de vente en ligne pour trouver preneur. En ce sens, la revente d’un cadeau reçu pour Noël symbolise la victoire de la société de consommation sur le reste des interactions humaines. Tout peut se vendre puisque tout se vend, et pour preuve, ils sont de plus en plus nombreux chaque année. Cependant, certains points méritent d’être nuancés.

Cadeaux en double et difficultés financières

Dans le détail, ce qui motive ceux qui vont revendre leurs cadeaux sitôt déballés n’est pas forcément de refourguer de la marchandise pour se faire de l’argent. Le sondage Opinionway mentionné plus haut fait état de ventes "pragmatiques" correspondant à des cas précis. Parmi ceux-ci, 60% des Français ont avancé l’argument d’un cadeau reçu en double pour la revente (60%). En outre, ils sont 56% à indiquer avoir revendu un présent car celui-ci n’était pas à leur goût et 41% car celui-ci était jugé inutile. Parmi ces vendeurs, 35% expliquent que le besoin d’argent encourage cette démarche sachant que le prix moyen espéré est de 90€. Ce faisant, le co-fondateur de PriceMinister.com explique que ce phénomène "s’est renforcé avec la crise économique".

Lire aussi : Echange de cadeaux : tout ce qu'il faut savoir

En revanche, parmi les 48% Français qui ont indiqué qu’ils ne revendraient pas leurs cadeaux à Noël, ils sont 90% à trouver cette pratique choquante. Preuve s’il en est que de la revente d’un présent offert par un proche reste un sujet tabou. À ce propos, 71% des Français qui avaient revendu leurs cadeaux en 2012 s’étaient bien gardés d’en parler à leurs proches…   

En vidéo sur le même thème - Noël : revendre ses cadeaux