Identifier les cas contact, c'est bien. Identifier la personne à l'origine d'une contamination, c'est mieux. Le traçage "à la japonaise", ou "inversé", est-il la solution ?
Covid-19 : qu’est-ce que le traçage "à la japonaise" ?AFP

Avons-nous tout faux depuis le début ? L’accélération de circulation du coronavirus Covid-19 pousse certains à s’interroger sur les mesures mises en place par le gouvernement. Pour casser les chaînes de transmission du virus, l’exécutif a choisi la stratégie du "contact tracing", c’est-à-dire le traçage des cas contacts. Lorsqu’une personne est testée positive au coronavirus, elle dresse une liste des proches vus les jours précédant les signes de la maladie. Ces derniers sont alors contactés par l’Assurance maladie, deviennent des cas contacts, sont placés à l’isolement et doivent à leur tour se faire tester. Si cette méthode est logique, est-elle la plus adaptée ? Des spécialistes demandent désormais de faire les choses à l’envers en adoptant… Le traçage "à la japonaise".

Coronavirus : une méthode de traçage inversée

Comme l’explique franceinfo, le Japon pratique le traçage inversé, ou rétrospectif. Si les cas contacts d’un malade sont bien identifiés, les autorités cherchent avant tout à savoir par qui la personne positive a été contaminée. Cette méthode inversée aurait plusieurs avantages, selon les chercheurs.

En Europe, l’épidémiologiste Antoine Flahault plaide pour cette méthodologie. Interrogé par Le Parisien, le directeur de l’Institut de Santé globale de l’Université de Genève explique que, "si une personne m’a transmis le virus, la probabilité qu’elle l’ait transmis à d’autres gens est très élevée. C’est donc elle qui m’intéresse". Comment le traçage "à la japonaise" fonctionnerait-il pour les Français ?

Comment bien choisir sa mutuelle senior ? - Obtenez votre guide Mutuelle Senior 2020 dès maintenant

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la newsletter de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.