Plusieurs indicateurs épidémiologiques sont dans le rouge. Selon un expert, la France se rapprocherait du pic de la seconde vague…

Un tweet de Nicolas Meilhan publié le 29 septembre 2020 est au cœur des conversations. Ce membre de l’association pour l’étude des pics pétroliers et gaziers (Aspo France), créé bénévolement des graphiques depuis mi-mars, sur l’évolution de l’épidémie de Covid-19 en France. D’après ses dernières estimations, la France se rapprocherait du pic épidémique de la seconde vague : "Le pic ‘anxiogénéité’ du Covid-19 est vraisemblablement pour cette semaine : avec tous les signaux positifs en provenance des données hospitalières, les bonnes nouvelles devraient bientôt commencer à ruisseler dans les médias", indique-t-il.

S’il avait vu juste lors de la première vague, est-ce aujourd’hui encore le cas ?

Coronavirus : la France dans le rouge

Taux d’incidence, taux d’hospitalisations… Plusieurs indicateurs épidémiologiques sont dans le rouge dans différentes zones, dont Paris et Marseille. Est-il alors possible de prédire l’arrivée du pic, qui devrait être suivi d’un ralentissement de l’épidémie ?

Depuis mi-mars, Nicolas Meilhan se base en priorité sur des données hospitalières : nouvelles hospitalisations et admissions en réanimation, interventions de SOS médecins et autres passages aux urgences pour suspicion de Covid-19, confie-t-il à Capital.Il estime que ces données, actualisées quotidiennement, sont plus fiables que ceux examinés par les médias depuis des mois (nouveaux cas quotidiens, de positivité et d’incidence). "Ceux-là sont à prendre avec des pincettes, avertit-il, car les délais pour agréger les données sont beaucoup plus longs, ce qui crée un climat anxiogène. Par exemple, les cas positifs annoncés le 26 septembre reposent sur des tests effectués entre le 17 et le 23 septembre".

Protégez vos proches avec des solutions de Téléassistance !

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la newsletter de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.