Emmanuel Macron peine de plus en plus à convaincre. Ce mercredi 14 octobre, il a décidé d'enfiler une fois de plus son costume de président ferme et annoncé une batterie de nouvelles restrictions. De quoi se reconstruire un capital politique ?
Comment Emmanuel Macron aurait-il pu profiter de la crise de la CoVid ?AFP

Un temps, Emmanuel Macron a tenu à rester en retrait de la gestion de la crise sanitaire. Dorénavant, indique Le Figaro, il fait son "retour en première ligne". Le mercredi 14 octobre 2020, il a d'ailleurs décidé de prendre la parole devant l'intégralité des Françaises et des Français, à l'occasion d'une nouvelle allocution, cette fois sous la forme d'une interview retranscrite sur France 2. Et le chef de l'Etat avait à dire : il a annoncé une batterie de nouvelles restrictions sanitaire visant à faire obstacle à la dégradation de la situation épidémiologique. Le couvre-feu, qui sera mis en application à compter du samedi 17 octobre, est l'une d'entre elles.

S'il n'était "pas là pour rajouter de l'angoisse à l'angoisse", comme l'expliquait un ministre anonyme au Figaro, le président de la République a décidé de revêtir un costume plus ferme que celui qu'il avait choisi cet été : cette fois, plus question de dire que le virus touche à sa fin, au contraire. Quitte à annoncer des mauvaises nouvelles et une poursuite de la pandémie jusqu'en 2021… Mais ce sursaut d'honnêteté suffira-t-il à Emmanuel Macron pour reconquérir des Françaises et des Français très sceptique vis à vis de sa gestion de la crise sanitaire ? Pas nécessairement estime le politologue Christophe Bouillaud.

Emmanuel Macron va-t-il profiter politiquement de la CoVid-19 ?

"J'ai peine à croire qu'il puisse, d'une façon ou d'une autre, profiter de sa gestion de la crise sanitaire. L'exécutif n'a visiblement pas anticipé - ou au moins, n'a pas préparé sérieusement - la seconde vague qui frappe aujourd'hui la France. Cela ne peut qu'être défavorable à son image", souligne le chercheur en sciences politique, qui enseigne à l'Institut d'Etudes Politique de Grenoble. Et lui de souligner que les études de popularité comparées menées en Europe sont rarement à l'avantage du président de la République et de son gouvernement… "La gestion de la première vague n'a pas été jugée bonne. C'est un échec cuisant pour lui, d'autant plus qu'il donne le sentiment de glisser sans le dire vers un second reconfinement", tranche encore l'expert. 

Problème ? C'est loin d'être le seul, affirme Christophe Bouillaud. "Emmanuel Macron a aussi échoué sur les plans sociaux - la pauvreté grimpe en France - et économiques, puisque la consommation ne reprend pas. Dès lors, je doute que nos concitoyens soient bienveillants à son égard dans le cadre de sa gestion de la crise", poursuit l'enseignant-chercheur, pour qui "les Françaises et les Françaises commencent à ouvrir les yeux sur la réalité du personnage". "Comment faire autrement, quand sa langue fourche au point de dire qu'il va falloir supprimer les contacts ‘inutiles' et concentrer toute sa vie sociale sur le travail ?", questionne-t-il encore.

Télécharger gratuitement notre guide LMNP et réduisez vos impôts jusqu'à 33000€ !

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la newsletter de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.