Plages de rêve, climat ensoleillé, villages typiques et paysages à couper le souffle… Partir en vacances en Corse c’est bien. Acheter en vue d’y séjourner plus longuement peut même se révéler fabuleux. Encore faut-il savoir par où commencer. 

Investir en Corse : quels sont les prix du marché ?

Contrairement à ce que l’on pourrait envisager, le fait d’acheter un bien ou une résidence en corse n’est pas réservé qu’à une poignée d’investisseurs fortunés. Non. Depuis 10 ans maintenant, les prix de l’immobilier sur l’île de beauté n’ont, en réalité, pas particulièrement augmenté. Ils auraient même légèrement baissé, tel que le souligne le site meilleursagents.com, au point d’être jusqu’à 30 % moins chers que ceux pratiqués sur la côte d’Azur, précise Les Echos. En moyenne, ils avoisineraient les 2 998 par m2 pour un appartement et 3 053 € au m2 pour une maison.

Investir en Corse : un achat risqué ?

Mais avant de déterminer dans quel coin (de paradis ?) vous pourriez poser vos valises plusieurs mois durant par an, il convient de mettre les points sur les "i". et de réfléchir à la question suivante : avez-vous véritablement le droit d’acheter un bien immobilier en Corse si vous n’y êtes pas né ?

Emmanuel Macron s’est justement attelé à y répondre l’hiver dernier. Face aux revendications des nationalistes qui aspiraient à ce que l’accès à la propriété en Corse soit, tout bonnement, refusé aux particuliers qui vivent sur l’île depuis moins de cinq ans (l’objectif étant, pour eux, de contrée une hausse des prix qui, compte tenu des chiffres évoqués précédemment, ne serait finalement pas), l’actuel chef de l’Etat a donc pris un parti : celui de répondre par la négative en refusant qu’un statut de résident ne voit le jour.

"Ce n'est pas la bonne réponse. Vouloir créer un statut de résident créerait encore plus des effets de rente", avait-il fait valoir à l’époque, avant d’ajouter d’autres raisons. "Ce serait contraire à notre Constitution et au droit européen". Une décision qui, très concrètement, implique que chaque citoyen français continuera à bénéficier des mêmes droits. A commencer par celui d’investir en Corse s’il en a la possibilité.

Investir en Corse : quelle(s) sont les zone(s) à privilégier ?

Cette appréhension balayée, reste celle du lieu à déterminer. Corse du Nord, ou du Sud, en bord de mer, en ville ou dans les montagnes ? Pour le coup, l’île de beauté regorge de possibilités. Tout dépend de vos aspirations, mais également, comme souvent, du budget dont vous disposez. Selon les spécialistes de l’immobilier œuvrant sur place, quelques coins sont, toutefois, particulièrement demandés.

S’ils s’accordent sur le fait que la cité de Porto-Vecchio confirme sa posture de station haut-de-gamme avec des prix qui peuvent atteindre des sommets (2,3 millions d'euros pour une villa de 175 m2, indique Les Echos), les communes situées aux alentours d’Ajaccio sont également particulièrement prisées. Ce tant par une clientèle locale que par les continentaux. Pour le coup, les prix se révèlent nettement plus attractifs. Comptez par exemple : 448 000 euros à Grosseto-Prugna pour une villa avec terrasse conçue sur deux niveaux de 70 m2.

Investir en Corse : un crédit d’impôt à la clé ?

Sachez, enfin, que, sur le papier, le fait d’investir dans l’immobilier en vue de louer sur l’île de beauté peut s’avérer lucratif. Pour quelle raison ? Tout simplement parce qu’acheter en Corse peut donner lieu à un crédit d'impôt porté à 30 %.

"Il est rappelé à cet égard que l'activité consistant en la location de locaux d'habitation meublés ou destinés à être meublés est regardée par la doctrine et la jurisprudence comme une activité commerciale au sens de l'article 34 du CGI. Les investissements réalisés pour les besoins de cette activité sont en conséquence susceptibles de bénéficier du crédit d'impôt pour investissement en Corse même si une telle activité peut être considérée comme de nature civile sur le plan strictement juridique." (BOI-BIC-RICI-10-60-10-20 n° 240).

Publicité
Résultat : si vous envisagez de louer le bien dans lequel vous avez investi en Corse, cela s’apparenterait à une activité de location meublée simple. Vous pourriez donc potentiellement profiter de cet allègement fiscal. La belle affaire.

En vidéo - FIP : Pourquoi investir en Corse ou dans les DOM-TOM ?


Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !

X
Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité

A lire aussi sur Planet