La victoire historique du FN bouleverse la classe politique qui a compris la nécessité de "tirer les conclusions" du scrutin européen. Les principaux responsables politiques ont ainsi proposé des solutions pour tenter d'éteindre l'incendie causé par la flamme.

© AFP

AFP

 

Comme après chaque séisme électoral, nombreux sont les responsables politiques à établir un diagnostic de la grogne exprimée et ainsi proposer des solutions.

De gauche à droite, Planet.fr fait le tour des propositions formulées "à chaud" par les principaux leaders politiques après la victoire écrasante du FN.

Baisser les impôts, Manuel Valls 

Le Premier ministre entend tirer toutes les conséquences du scrutin européen. Interrogé sur RTL, Manuel Valls a déclaré : "Il faut de nouvelles baisses d'impôts, notamment de l'impôt sur le revenu parce que cette fiscalité pèse lourdement sur les couches populaires et sur les classes moyennes". En résumé, la solution de Manuel Valls pour calmer l'incendie est d'amoindrir les impacts négatifs de la politique de rigueur qu'il a lui même mise en place.

Avancer les primaires UMP à 2015

Beaucoup sont ceux à droite qui estiment que la défaite de l’UMP s’explique en grande partie par le déficit de crédibilité accumulé par le parti de l’opposition (affaires, guerres internes, présidence controversée etc.). Ainsi, le député Franck Riester propose d’avancer les primaires de l’UMP à 2015. Pour ce dernier, cela permettrait de rassemblait et de mener campagne pour les régionales avec un parti de droite en ordre de bataille.

Comité d’éthique à l’UMP

Enjoignant son parti à lancer une "initiative avec l’UDI" Jean-Pierre Raffarin voit dans la victoire du FN le résultat de la gestion calamiteuse de la droite. Il appelle ainsi à la création d’un "comité d’éthique" à la présidence de l’UMP faisant référence à l’affaire Bygmalion. Ce dernier a également invité le président de la République a procéder à un "big bang insitutionnel".

Un changement de cap

Certains députés PS ont fait part de leur stupeur hier soir sur Twitter. Opposés à la politique de rigueur, beaucoup ont exigé un changement de cap dont le député socialiste Philippe Noguès.

Hervé Morin et la démission du président

"Le score minable du Parti socialiste témoigne de la défiance des Français à l'égard de François Hollande et de son gouvernement à des niveaux jamais atteints sous la Ve République" a affirmé Hervé Morin dans un communiqué invitant le président à dissoudre l’assemblée "ou mieux" à démissionner. Plus mesuré ce matin au micro de Jean-Jacques Bourdin, l’ancien ministre de la défense à appeler François Hollande a faire "un référendum sur la réforme territoriale ou la réduction du nombre de parlementaires".

Changer l'UMP

Publicité
Pour Alain Juppé, l'issue du scrutin ne laisse pas le choix. Il faut "changer l'UMP" estime le maire de Bordeaux qui voit dans la victoire du FN le résultat de la division de l'UMP, de l'UDI et du Modem. "L'UMP doit changer, d'abord, elle doit avoir une gouvernance plus collective encore, et puis il faut faire toute la clarté sur ce qui s'est passé" faisant aussi référence à l'affaire Bygmalion.

 Vidéo sur le même thème - Européennes : qui sont les électeurs du FN ?

Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité