A l'occasion de la diffusion de La Folie des grandeurs ce dimanche sur France 2, retour sur cinq anecdotes autour de film culte avec Louis De Funès et Yves Montand.
La Folie des grandeurs (France 2) : saviez-vous que le rôle d'Yves Montand devait revenir à Bourvil ?

Très librement adapté de Ruy Blas (1838), une pièce de Victor Hugo se déroulant en Espagne à la fin du XVIIème siècle, La Folie des grandeurs transforme une sombre histoire de vengeance en une comédie débridée. L’idée du film vient à Gérard Oury en 1960, lorsqu’il incarne le personnage de don Salluste sur les planches de la Comédie-Française. Un ministre des Finances fourbe et cupide qui, après avoir été disgracié, complote contre le roi et met tout en œuvre pour compromettre la reine avec son valet. Une parabole sur le pouvoir que l’acteur porte à l’écran en 1971.

Un remplaçant à Bourvil

Ce projet aurait dû être la troisième collaboration entre Gérard Oury et le tandem Bourvil-de Funès après Le Corniaud (1965) et La Grande Vadrouille (1966). Alors qu’il achève le scénario en septembre 1970, Gérard Oury apprend la mort de Bourvil des suites d'un cancer. Bien qu'affecté par la disparition de son ami, le réalisateur doit lui trouver un remplaçant. Il croise lors d’une soirée l'actrice Simone Signoret qui lui suggère de proposer à son mari Yves Montand le rôle initialement prévu pour Bourvil (celui de Blaze, le valet amoureux de la reine). Par chance, le chanteur, peu habitué à la comédie, résiste fort bien au tempérament de feu et à la présence envahissante de Louis de Funès.

L’effeuillage d’Alice Sapritch

Dans le film, l’actrice interprète doña Juana, la duègne qui chaperonne la reine et veille sur sa bonne...

Participez à notre grand jeu de l'été Hedony et tentez de gagner jusqu'à 100 000 € de lots ! Cliquez ici pour participer >