IllustrationIstock
Le Vatican est fragilisé par de multiples révélations scandales concernant les prêtres, certains prélats, dont un cardinal. Ils sont accusés d'abus sexuels, d'homophobie, de chantage…
Sommaire

Viols & pédophilie au sein de l’Eglise : le film qui effraie le Vatican

En France et dans le monde, de plus en plus d’œuvres s’attaquent aux multiples scandales sexuels concernant l’Eglise catholique et son clergé. C’est notamment le cas d’un film, primé à Berlin, traitant de pédophilie et d’abus sur des jeunes scouts entre les années 1980 et 1990.

Grâce à dieu, réalisé par François Ozon, s’inspire de l’affaire du père Preynat, un prêtre exerçant au diocèse de Lyon, suspecté d’avoir profité de plusieurs dizaines d’enfants. Il a d’ailleurs attaqué le film, dans le but de reporter la sortie du film à l’issue de son procès, estimant que sa diffusion portait atteinte à sa présomption d’innocence.

Le 18 février 2019, le juge des référés du tribunal de grande instance de Paris a déclaré que cette demande n’était "pas proportionnée" à l’atteinte dénoncée par le prêtre. Une décision peu appréciée par la défense du père Preynat. "Présenter durant deux heures comme coupable un homme qui n’a pas encore été jugé comme tel constitue une atteinte à la présomption d’innonce que ne saurait évidemment pas faire disparaître le fait d’écrire ensuite le contraire durant deux secondes", a précisé Me Emmanuel Mercinier, avocat de Bernard Preynat.

Il n’est pas le seul membre du clergé à s’en prendre au film, souligne Le Monde : Régine Maire, qui a elle aussi fait partie du diocèse de Lyon, a assigné le réalisateur. Elle souhaite que son nom soit retiré du récit.

Viols & pédophilie au sein de l’Eglise : révélations sur les affaires de mœurs de la Curie

Dans son livre Sodoma, le journaliste Frédéric Martel (France Culture) enquête sur la dangereuse relation du Vatican à l’homosexualité. Il y décrit un "système gay", rapporte 20 minutes, dont il pointe du doigt l’hypocrisie.

"Les prélats qui tiennent les discours les plus homophobes et traditionnels sur le plan des mœurs s’avèrent eux-mêmes en privé homosexuels ou homophiles", écrit le journaliste. Selon lui, cette guerre contre les personnes homosexuelles est ancienne, mais prend une ampleur nouvelle sous Jean-Paul II. "Paul VI avait condamné l’homosexualité, mais ce n’est qu’avec Jean-Paull II qu’une véritable guerre contre les gay a été lancée", affirme-t-il dans son livre, dont les propos sont repris par Le Parisien.

Pire : cette hypocrisie protège mécaniquement les membres du clergé qui abusent sexuellement d’enfants ou de nonnes. "Parler des autres, c’est prendre le risque qu’on parle de vous. Voilà la clef de l’omerta et du mensonge généralisé de l’Eglise", assure Frédéric Martel.

Viols & pédophilie au sein de l’Eglise : le scandale des nonnes

"J’étais comme une petite mouche prise dans une toile d’araignée", raconte la nonne Michèle-France aux micros d’Arte, dont les propos sont repris par Europe 1, au sujet des viols qu’elle a subis.Elles sont des dizaines à a dire avoir été abusées par des prêtres des années durant, et ce alors même que le Vatican avait été alerté sur la situation.

"Le père Marie-Dominique avait une réputation de saint homme. Je suis entrée au parloir et le père m’a dit ‘est-ce que vous permettez que je prenne votre main ?’ et il a commencé à embrasser chacun de mes doigts l’un après l’autre. Et puis à chaque rencontre suivante, il est allé un peu plus loin", détaille Michèle-France, qui a ensuite été envoyée chez le frère de Marie-Dominique, le père Thomas.

"Jusque-là, je pensais qu’un viol s’accompagnait forcément de violence physique. Or, les deux pères n’ont jamais exercé de la violence physique sur moi mais ils ont exercé une violence psychologique, une violence spirituelle, ce que l’on peut qualifier d’emprise". L’un d’entre eux, le père Thomas, avait d’ailleurs été condamné pour abus sexuel dans les années 50, sans que le Vatican ne décide de le révoquer…

Viols & pédophilie au sein de l’Eglise : ces nombreux scandales qui concernent des hauts dignitaires

Les scandales sexuels qui touchent l’Eglise ne concernent pas seulement des prêtres et des nonnes. Certains hauts-dignitaires, voire des proches du Pape, sont également mis en cause.

C’est le cas de l’ambassadeur du pape, Mgr Luigi Ventura, qui est visé par une enquête pour agression sexuelle depuis le 24 janvier dernier. Cet homme de 74 ans s’en serait pris à un agent de la ville de Paris, lors des vœux à la mairie. Il dispose toutefois de l’immunité diplomatique, rappelle Le Monde.

Theodore McCarrick, 88 ans, était jusqu’à peu cardinal de l’église Catholique. Toutefois, il a récemment été défroqué par le souverain pontife, parce qu’il a été "reconnu coupable d’avoir enfreint l’un des commandements divins ‘avec la circonstance aggravante de l’abus de pouvoir’, indique 20 minutes. Il a été accusé d’abus sexuels sur un adolescent, ce qui a poussé le pape François à le rendre à l’état laïc.