INTERVIEW. Après 70 ans, arrête-t-on d'être une femme pour la société ? Maltraitance et violences conjugales touchent toutes les générations, mais passent inaperçues au-delà d'un certain âge. Explications avec Pierre Czernichow, président de la Fédération 3977.
Violences conjugales chez les séniors : "Ce sont souvent des situations qui perdurent depuis longtemps"Istock

Pour la société, elles sont des personnes âgées avant d’être des femmes. Les violences conjugales ne s’arrêtent pas lorsqu’on a plus de soixante-cinq ans, mais on n’en parle beaucoup moins. L’histoire d’un retraité qui tue sa femme est considéré un fait divers et les statistiques sur les féminicides ne recensent pas les victimes qui ont plus de 75 ans. Comme à tout âge, les violences subies peuvent être aussi bien physique que psychologique chez les seniors, alors pourquoi une telle chape de plomb au-dessus de ce qui est, avant tout, un fait de société ?

Violences conjugales : pourquoi les seniors n'intéressent-ils personne ?

"Tout se passe comme si, avec l’âge, l’identité féminine s’affaiblissait au bénéfice de l’identité de personne âgée", explique à Planet Pierre Czernichow, président de la Fédération 3977, centre d’écoute téléphonique destiné aux personnes âgées ou handicapées. Selon le Code pénal, l’âge est un facteur de vulnérabilité, c’est pourquoi on parle également de maltraitance quand la personne a dépassé un certain âge. "La dimension de violence conjugale semble s’atténuer et ça devient un phénomène de maltraitance de personne âgée", précise-t-il, avant d’ajouter : "Pourtant, quand on regarde les situations pour lesquelles on nous appelle, il y a bien des femmes âgées victimes de maltraitance, au niveau familial, de la part de leur conjoint. Il n’y a pas beaucoup de différences avec les violences observées chez des femmes plus jeunes".

La violence s’installe-t-elle avec le temps ? Au mois de février, un homme de 72 ans a été condamné à 12 ans de prison pour le meurtre de sa femme, qu’il a tuée de 21 coups de couteau alors que le couple n’avait jamais connu de violences. "Pour nous, ce sont souvent des situations qui perdurent depuis longtemps", explique à Planet Pierre Czernichow, précisant : "Ce n’est pas très fréquent qu’il y ait des formes de violence conjugale qui apparaissent à 70 ans et qui ne se sont pas manifestées avant. Si c’est le cas c’est souvent lors d’un changement de conjoint". Si on sait que ces violences conjugales existent au-delà d’un certain âge, pourquoi n’intéressent-elles personne ?

Débarrassez-vous des moustiques avec la lampe Vortex

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la newsletter de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.