Le TGV qui reliait Bordeaux à Lille ce jeudi a dû s’arrêter en gare de Saint-Pierre-des-Corps (Indre-et-Loire) afin de calmer les esprits de certains passagers. En effet, quelques 120 jeunes dirigeants d’entreprise alcoolisés semaient la pagaille dans le train.

Cette fois-ci, la grève des cheminots n’avait rien à voir avec l’arrêt impromptu du TGV reliant Bordeaux à Lille. L’immobilisation du train en gare de Saint-Pierre-des-Corps (Indre-et-Loire) ce jeudi est due au trouble provoqué par 120 jeunes chefs d’entreprises qui ont un peu trop forcé sur la bouteille durant le trajet. Les forces de l’ordre ont du intervenir.

Les membres du Centre des jeunes dirigeants d’entreprise (CJD) se rendaient à Lille ce jeudi pour leur congrès national. Prévoyants, les 120 jeunes patrons n’avaient pas oubliés d’emporter de nombreuses bouteilles d’alcools pour fêter l’événement durant le voyage.

Or, les jeunes fêtards n’ont pas pris le train adéquat. Par conséquent, leurs billets n’étaient pas valides. "Vu le surnombre que cela a provoqué dans le train et l'état d'excitation de ces passagers, le chef de train a demandé le concours des forces de police" pour évacuer les fauteurs de trouble, rapporte l’AFP.

Une vingtaine de policier sont donc intervenus en gare de Saint-Pierre-des-Corps. L’opération a pris une heure, les forces de l’ordre "faisant enlever les bouteilles accumulées dans les deux rames concernée".

Publicité
Calmés par la présence des hommes en uniformes, les jeunes dirigeants ont pu remonter dans le train et se rendre à Lille. Toutefois, la police ferroviaire s’est joint à eux pour s’assurer que les débordements ne se reproduisent plus.

Selon la SNCF, aucune interpellation n’a été opérée et aucune dégradation n’a eu lieu.

Vidéo sur le même thème : d eux TGV bloqués dans le Var, nuit de galère


mots-clés : Tgv, Police, Joint, Nuit, Demande, Pris

Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !

X
Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité