Des animaux abattus dans une ferme pédagogique. Cet acte horrible aurait été perpétré par des mineurs. Une cagnotte a été mise en place pour venir en aide aux propriétaires de ce lieu de loisir.

Les histoires qui dépeignent l'amitié entre les enfants et les animaux font légion. Pourtant, il arrive parfois qu'elles soient détrompées. Cela semble être le cas dans cette affaire puisque quatre mineurs sont soupçonnés d'avoir frappé à mort une vingtaine d'animaux vivant à la la ferme pédagogique de l'Aube, rapporte Paris Match.

L'établissement qui se situe à Méry-sur-Seine a été la scène d'un événement épouvantable dans la nuit du dimanche 28 juillet 2019 au lundi 29 juillet 2019. Un mouton, une brebis, des canards et des poules ont été tués. Sur 20 animaux, 4 sont encore en vie mais dans un état misérable, précise France 3.

Les individus ont pénétré par effraction dans le lieu de loisir a mentionné la directrice de la ferme. De nombreuses boissons alcoolisées jonchaient encore le sol lorsque les gendarmes sont arrivés sur les lieux. A noter que le chien n'a pas aboyé et les voisins n'ont rien remarqué, mentionne le journal local L'Est éclair.

Un véritable massace : Les mineurs sont en garde à vue

Les principaux suspects dans cette affaire sont agés de seize à dix sept ans, relaie France 3. Un premier individu a été placé en garde à vue dès le 30 juillet 2019, dans l'après-midi, au sein du poste de gendarmerie de Romilly-sur-Seine. Les trois autres l'ont été ce mercredi 31 juillet. L'un des mineurs, il convient de le préciser, est originaire de la commune.

Par ailleurs, certains d'entre eux sont connus des services de police pour des faits mineurs. La garde à vue devrait donc se poursuivre jusqu'au 1er août 2019. Après quoi, ils seront présentés au juge des enfants.

"Je suis soulagée. Après, j'ai plusieurs questions : Pourquoi ? Même si je pense que ça va nous faire du mal, comment ça c'est passé ? Et puis qui sont-ils? Quel est le parcours de vie de ces jeunes pour en arriver à faire cela ?", s'interroge tout de même la directrice de la ferme, Nathalie Kabbani. Son établissement recevait des enfants et des handicapés, de façon à leur permettre de découvrir les animaux résidant sur place.

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la matinale de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.