Un héritier du trône de Monaco réclame 351 millions d'euros à la France pour avoir écarté sa branche de la succession.
Le Prince Albert II de Monaco et sa fille - YANN COATSALIOU / AFPAFP

Trône monégasque : un prince allemand roi de Monaco

Estimant sa branche familiale spoliée du trône monégasque, Louis Jean Raymond Marie de Vincens de Causans, de son nom complet, réclame 351 millions d’euros à la France. L’homme de 44 ans possède un arbre généalogique impressionnant, le reliant à de nombreuses vieilles familles françaises. Par sa mère, il est ainsi descendant des Grimaldi, d’Honoré III de Monaco qui régna de 1733 à 1793, précise Le Parisien.

Au début du XXe siècle, le roi Louis II de Monaco est vieux garçon et ne laisse derrière lui aucun héritier légitime. Un manquement qui lui interdit de transmettre sa couronne. Celle-ci devait alors revenir, dans l’ordre de succession, à son cousin Guillaume II de Wurtemberg-Urach, de la branche de Louis de Causans. Mais en cette veille de Première Guerre mondiale, la France juge inacceptable qu’un prince allemand accède au trône. L’État français aurait donc intrigué, selon les dires de l’héritier spolié, pour faire reconnaître Charlotte, la fille illégitime de Louis II. Menacé d’annexion, le royaume monégasque accepte et modifie les règles de succession.

Trône monégasque : la décision revient au ministère des Affaires étrangères

Aujourd’hui, c’est donc l’oncle de Louis de Causans qui devrait régner. Afin de pallier à ce manque à gagner colossal, il a donc décidé de porter plainte pour « responsabilité sans fautes ». Le ministère des Affaires étrangères est dépositaire du dossier depuis le 2 juillet. S’il ne répond pas dans les deux mois, l’avocat de Louis de Causans pourra saisir le tribunal administratif.

À voir aussi en vidéo - Triste nouvelle pour Stéphanie de Monaco

 

Débarrassez-vous des moustiques avec la lampe Vortex

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la newsletter de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.