A 50 ans, Caroline a repris une formation en master suite à un plan social dans son entreprise. Entre les cours, la réalisation de son mémoire, son emploi CDD et sa vie de famille, son année fût difficile mais très enrichissante.
Istock

"J’allais me retrouver au chômage à 50 ans et je me suis posé beaucoup de questions"

Je m’appelle Caroline Lindé, j’ai 52 ans et je travaille dans le domaine de la gestion de flotte automobile, un milieu dans lequel j’évolue depuis 25 ans. Je suis titulaire d’un BTS en commerce international, et à l'occasion d’un plan social dans mon précédent emploi, j’ai profité de mesures d’accompagnement pour reprendre une formation au niveau master à l’ESSEC.

A l’époque des rumeurs de plan social, j’ai commencé à regarder les offres d’emploi sur le marché et beaucoup d’entre elles demandaient un bac+5 avec spécialisation dans les achats, diplôme que je ne possédais pas...

J’allais me retrouver au chômage à 50 ans et je me suis posé beaucoup de questions sur mon avenir et je me suis dit : “Qu’est ce que je vais faire maintenant ?” Je devais me différencier par rapport aux jeunes générations : j’allais coûter plus cher du fait de mes expériences passées que la concurrence. Je ne voulais surtout pas redémarrer au début : mon but, c’est d’avoir des responsabilités. Je cherchais à être en corrélation entre les besoins actuels des entreprises et le salaire que j’ai aujourd’hui.

Il m’a donc semblé judicieux - pour coller aux demandes des recruteurs - d’acquérir des mécanismes différents et de m’ouvrir à de nouvelles méthodes de travail. Car pour avoir le genre de job à responsabilité que je convoite, j’avais besoin d'asseoir mon parcours terrain par un diplôme.

 

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la matinale de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.