Aimer les animaux et le cirque, pour la princesse, c'est possible.
Stéphanie de Monaco et "petit Gougou" au 42e Festival international du Cirque de Monte-Carlo le 16 janvier 2018 - VALERY HACHE / AFPAFP

Stéphanie de Monaco : deux éléphantes recueillies

La princesse du Rocher porte une double casquette, celle de défenseuse des animaux et de présidente du Festival international du cirque de Monte-Carlo. Des missions qui peuvent paraître bien contradictoires. Son amour pour les animaux, elle l’avait montré en 2013, en sauvant deux éléphantes prêtes à être euthanasiées. Baby et Népal avaient été installées dans les hauteurs de Monaco. Malheureusement Népal est décédée d’insuffisance rénale en avril 2018. Mais pour les défenseurs des animaux, cette image ne suffit pas. Soutenir le cirque est incompatible avec son amour des animaux. Interrogée par Le Figaro, elle a tenu à répondre aux critiques.

Publicité

Un dialogue impossible avec les "animalistes"

"Les animalistes vraiment activistes, on ne peut plus les récupérer, il n'y a plus de dialogue possible parce qu'ils sont ancrés dans leurs positions", a-t-elle ainsi attaqué. Avant de poursuivre autour de sa mission d’éducation : "Ceux qui sont dans la méconnaissance, il faut les éduquer, et c'est au cirque de le faire. Quand je dis que les animaux ne sont plus prélevés dans la nature, écoutez-moi, ce ne sont pas des blagues, regardez les lois". Elle explique ainsi que les méthodes des cirques ont changé. "Les éducateurs expliquent comment ils interagissent avec leurs animaux et montrent que rien n'est possible sans complicité entre eux. C'est fini l'époque des vieilles gravures avec la chaise et le fouet qu'on fait claquer",  a-t-elle assuré.

Publicité

Très impliquée dans la défense du cirque comme art traditionnel, la princesse s’oppose au retrait des numéros avec des animaux. "Je me battrai jusqu’au bout pour que le cirque demeure avec les animaux. Cela fait partie de notre patrimoine culturel, depuis 250 ans", avait-elle argumenté dans Nice-Matin. Pourtant, sortir les animaux des cirques est une revendication chère aux défenseurs des animaux. Pour contrecarrer cela, elle a créé un label. "Le Big Top Label, comporte une liste impressionnante de points, l'état des toilettes, la cantine des employés, tous les gages de qualité du cirque. Il vaut pour la condition humaine, mais aussi pour les conditions de vie et de transport des animaux".

À voir en vidéo - Triste nouvelle pour Stéphanie de Monaco

 

Vidéo - Retrouvez ci-dessous notre zapping Actu du jour :