Une confrontation a eu lieu lundi 29 mars entre Christophe Ellul, mis en examen pour homicide involontaire par agression d'un chien, et la famille de la jeune femme. Une question a été soulevée : Curtis portait-il une muselière ?
Mort d'Elisa Pilarski : la muselière de Curtis au cœur de la confrontationIllustrationAFP

Des zones d’ombre qui n’ont toujours pas été éclaircies. Près d’un an et demi s’est écoulé depuis la mort d’Elisa Pilarski, retrouvée morte le 16 novembre 2019 dans une forêt de l’Aisne, mordue par un ou des chiens. Après plusieurs mois de doutes et de ralentissements, l’enquête a connu un tournant en septembre dernier, avec la publication des conclusions de deux experts, qui ont pu analyser les morsures retrouvées sur le corps de la jeune femme.

Selon eux, cela ne fait aucun doute, Curtis – le chien de son compagnon – est le seul impliqué dans la mort de la jeune femme. Les morsures infligées ne correspondraient pas aux mâchoires des chiens de chasse à courre, soupçonnés eux aussi depuis le début. Dans ce rapport, les deux vétérinaires estiment également que le chien a été "mal dressé" et entraîné au mordant, devant "obnubilé" par la morsure. Ces affirmations ont été rejetées par Me Alexandre Novion, l’avocat de Christophe Ellul, qui a fait une demande de contre-expertises.

Mort d’Elisa Pilarski : une confrontation au tribunal

L’affaire Elisa Pilarski est revenue sur le devant de la scène lundi 29 mars lors d’une confrontation organisée entre Christophe Ellul – mis en examen pour homicide involontaire par agression d’un chien – et la famille de la jeune femme, qui s’est portée partie civile. Ce rendez-vous organisé au tribunal de Soissons (Aisne) a permis de faire le point sur plusieurs éléments de l’enquête, notamment un SMS que Christophe Ellul aurait envoyé à sa compagne, disant à propos de Curtis : "Je le fais piquer". "Par ce seul sms, il reconnaît que son chien est à l’origine du décès de ma nièce", a affirmé auprès de BFMTV Vincent Labastarde, oncle d’Elisa Pilarski, ajoutant : "Monsieur Ellul a refusé de concourir à la manifestation de la vérité, il est toujours dans le déni et refuse d’accepter que son chien soit à l’origine du décès de ma nièce".

Cette confrontation a également permis aux différents acteurs du dossier de faire le point sur les minutes qui ont précédé la mort de la jeune femme, notamment grâce à son téléphone portable.

Débarrassez-vous des moustiques avec la lampe Vortex

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la newsletter de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.