Une main courant a été déposée cette semaine dans un commissariat parisien. Une fois de plus, elle concerne le chanteur du groupe Noir Désir.

Le magazine Le Point vient de le révéler. Il indique avoir eu accès à une main courant déposée le 15 février dernier à l'encontre de Bertrand Cantat déjà condamné en 2003 pour le meurtre de sa compagne Marie Trintignant. Une affaire qui s'ajoute à une liste conséquente d'affaires liées à des violences conjugales dans lesquelles le chanteur est impliqué.

Selon le magazine, une femme âgée de 45 ans dont on ignore l'identité se serait présentée ce jour là dans un commissariat parisien afin de partager ses craintes quant au comportement du leader du groupe Noir Désir. Elle aurait, a priori, expliqué aux policiers l'avoir rencontré il y a plusieurs mois dans le cadre de son travail. Seulement voilà, selon ses dires, il semblerait que Bertrand Cantat se fasse, dans un premier temps, "passer pour un ami, mais en réalité il a un comportement menaçant et violent psychologiquement". Et d'ajouter qu'elle craignait désormais d'éventuelles représailles. D'où sa volonté de prendre ses distances avec ce dernier. "Il avait proposé que l'on se rencontre, mais j'ai refusé".

Publicité
Publicité

Et si quelque chose lui arrivait ?

Et si cette femme, dont on ignore l'identité, a précisé ne pas souhaiter nuire à Bertrand Cantat, elle a néanmoins souligné qu'elle souhaitait tout de même se protéger en laissant une trace écrite de ses craintes. Ce, dans le cas où quelque chose lui arriverait. Dans tous les cas, bien qu'il ne soit question que d'une main courante, la justice a la possibilité de lancer d'éventuelles poursuites judiciaires à l'encontre du chanteur. Tout dépend de si elle considère ou non avoir assez d'éléments.

Toujours est-il, précise Gala, qu'une enquête préli­mi­naire vient d'être confiée aux enquêteurs du service de l'investigation de proximité (SAIP) du commissariat en question.

Pour rappel, Bertrand Cantat avait été condamné en 2004 à huit ans de prison pour avoir tué Marie Trintignant. Il est également soupçonné de violence à l'encontre de son ancienne compagne Kristina Rady. Laquelle avait fini par se suicider en janvier 2010.

En vidéo - Bertrand Cantat : le juge qui l'a libéré brise le silence