Bien plus contagieux, les variants du coronavirus se propageant sur le territoire français réduisent grandement l'efficacité des masques maison. C'est pourquoi le Haut Conseil de la Santé et Olivier Véran invitent les citoyens à les bannir.

Devrez-vous jeter vos masques en tissu faits maison ? L’arrivée des variants du nouveau coronavirus, jugés plus contagieux - mais pas plus dangereux- chamboule l’application des gestes barrières. En plus d’augmenter la distance de sécurité à 2 mètres au lieu d’1 mètre en cas de non-port du masque, le Haut Conseil de la Santé Publique (HCSP) recommande désormais aux Français de ne plus porter des masques fabriqués maison.

Le ministre de la Santé approuve d’ailleurs ces préconisations. Invité du journal de 20h de TF1 ce jeudi 21 janvier, Olivier Véran a en effet confirmé leurs dires. Les masques en tissu sont désormais jugés insuffisamment filtrants face à l'apparition des nouveaux variants britanniques, sud-africain ou encore brésilien.

"Le Haut conseil de la santé publique recommande aux Français, et c'est la recommandation que je leur fais également, de ne plus utiliser le masque artisanal qu'on a fabriqué chez soi", a indiqué le ministre de la Santé.

Variants : un décret va rendre obligatoire le port d'un masque de catégorie 1

Ce vendredi 22 janvier 2021, un décret va être publié afin de rendre obligatoire le port d'un masque de catégorie 1 dans l'espace public. Vos masques artisanaux ne pourront donc, en théorie, plus être utilisés. Olivier Véran conseille également d'éviter le port des masques industriels en tissu les moins filtrants, dits de catégorie 2.

Objectif de la mesure : augmenter la protection collective, en s’assurant qu’un maximum de personnes portent un masque suffisamment filtrant. Quels sont-ils et que risquez-vous si vous continuez à porter un masque maison ?

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la newsletter de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.