Plus de 50 associations rassemblées sous en collectif sous le nom de Jour de colère, ont appelé tous les mécontents à manifester ce dimanche 26 janvier. Leurs revendications sont multiples et hétéroclites : du ras le bol fiscal au chômage en passant par l'insécurité ou l'éducation.

C’est une manifestation qui devrait se dérouler sous haute surveillance policière. Ce dimanche, un collectif baptisé Jour de colère a appelé tous les mécontents à descendre dans la rue pour faire entendre leur voix. Objectif de ce rassemblement : « coaguler » toutes les colères contre François Hollande. « Le Jour de Colère affirme son opposition frontale à un pouvoir idéologique qui s’identifie à la personne du chef de l’État. Celui qui symbolise tous les sujets de colère est François Hollande. C’est pourquoi le Jour de Colère exige son départ » est-il ainsi précisé sur le site web du collectif.

Qui viendra défiler ?Qui se cache derrière cette organisation ? De nombreuses associations, mouvements ou collectifs qui ont vu le jour plus ou moins récemment. Seront donc présents dans le cortège les anti-mariage gay (mais pas la Manif pour tous), des pro-Dieudonné, des membres de Civitas, des Papas en colère, mais aussi des « bonnets » de différentes couleurs, des anti-écotaxe, etc… Leurs revendications sont tout aussi diverses et variées, mais viseront essentiellement « le matraquage fiscal, la misère paysanne, le chômage, l’insécurité, la faillite de l’éducation nationale, la destruction de la famille, le mépris de l’identité française, les atteintes à la liberté et le déni de démocratie ».

Que veulent ces mécontents ?A travers les banderoles, plusieurs messages seront ainsi relayés. « Non au racket fiscal ! », « Familles en danger ! », et bien sûr « Hollande dégage ! ». « Huit banderoles sont prévues, et les participants se réuniront par thème » indique Béatrice Bourges, la fondatrice du mouvement « Printemps français », que certains voient comme l’instigatrice de cette manifestation. « Mais le thème fédérateur, c’est la fiscalité » ajoute-t-elle. L’objectif est ici, semble-t-il, simplement de se faire entendre, pas de créer de mouvement politique. « C’est juste le peuple qui gronde, et j’espère que François Hollande va le voir » déclare Béatrice Bourges.

Profitez d'un mois offert et accéder à des milliers de livres en ligne, jeux en ligne et cours en ligne !

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la newsletter de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.