Les escrocs ne manquent pas d'inventivité pour subtiliser de l'argent. Une arnaque déjà bien rodée refait surface et fait de nouvelles victimes.

De nombreuses entreprises et établissements publics ont alerté la région Nouvelle Aquitaine, après avoir reçu des fax et des courriers électroniques leurs proposant de les raccorder à la fibre optique, rapporte La Nouvelle République. La région a alerté la population sur cette arnaque qui sévit, ce mercredi 22 mai. 

L’auteur de ces agissements "recommande aux destinataires de prendre contact avec lui pour bénéficier de ses conseils au sujet d’une mise à niveau urgente de ses outils informatiques et télécoms", déclare la région dans un communiqué de presse

Publicité

"Les émetteurs de ces courriers se font passer pour des agences de la Région (dont elles affichent d’ailleurs le logo) ou sont financées par elle. Il n’en est rien, la Région Nouvelle-Aquitaine est totalement étrangère à ce démarchage et n’a confié aucune prestation de ce type à une quelconque société. Elle appelle donc à la plus grande vigilance", poursuit-elle dans son communiqué

Publicité

Une plainte a été déposée contre X auprès de la procureure de Bordeaux pour escroquerie, usurpation d’identité et contrefaçon.

Publicité

Une arnaque courante

Au mois de janvier, des entreprises mayennaises, des services publics, ainsi que des particuliers ont été victimes d’une arnaque similaire. Ils ont été contactés par des sociétés se faisant passer pour Mayenne Fibre. Ils proposaient ensuite par courrier, une mise aux normes des accès internet, après avoir vérifié les équipements téléphoniques, raconte France Bleu Mayenne.

En septembre 2018, la collectivité des Hautes Alpes en a également fait les frais. En effet, la direction régionale des finances publiques a débloqué la somme de 500 000 euros, destinée aux sociétés en charge d'installer le haut débit dans le secteur, rapporte le Dauphiné Libéré.

L’escroc se faisait passer pour les entreprises responsables du chantier, auprès de l’une et l’autre, sans que les deux ne se doutent de quelque chose. La collectivité elle-même ne s'en apercevra également pas, avant de débloquer les fonds. L'affaire est actuellement en cours.