Une surveillante de prison est tombée amoureuse d'un détenu au point de se rendre complice de son délit. Mais comment cela a-t-il pu arriver ?

Une histoire d'amour ou une terrible emprise psychologique ? Voici la question posée par le tribunal concernant la relation peu conventionnelle entre un détenu et une surveillante en France. Une histoire qui a débuté en septembre et a pris fin en novembre 2019, rapporte Le Parisien.

Surveillante condamnée pour "remise illicite d'objets à un détenu"

La surveillante de prison, Audrey, a été jugée ce lundi 2 décembre 2019 en comparution immédiate par le tribunal correctionnel d'Argentan (Orne) pour "remise illicite d'objets à un détenu". La mère de famille a été condamnée à six mois de prison ferme. 

En effet, la femme, âgée de 41 ans a remis cinq téléphones et trois cartes SIM au détenu lors de leur courte relation au sein de la prison d'Argentan. Pourtant, cet acte est strictement interdit. 

À noter que l'homme de 37 ans avait auparavant été incarcéré pour viol et violences. Il a ensuite été à nouveau condamné pour recel, relaie le quotidien.

Le prisonnier lui fait sa déclaration, elle tombe amoureuse

Au départ, l'homme qui se prénomme Mohamed n'aurait fait que parler avec la surveillante de prison décrit comme étant une surveillante de prison "pimpante et enjouée", écrit Le Parisien.

Petit à petit, une relation amoureuse s'est créée entre les deux personnes, rapporte l'avocate d'Audrey. 

Au retour des vacances d'été, l'individu lui aurait fait une déclaration d'amour. "Il m'a dit que je lui avais manqué. Il était prévenant, gentil… Le 13 septembre, il m'a dit qu'il m'aimait", explique la femme au cours de l'audience.

"Ma cliente a cru alors tomber amoureuse de lui", déclare son avocate au tribunal correctionnel.

Télécharger gratuitement notre guide LMNP et réduisez vos impôts jusqu'à 33000€ !

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la newsletter de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.