TÉMOIGNAGE. Depuis qu'il a cessé son activité professionnelle, Patrice multiplie les activités. Bénévole dans deux associations, il donne sa recette pour réussir le passage - pas toujours évident - de la vie professionnelle à celle de jeune retraité.
Départ à la retraite : "Une nouvelle vie, ça s'organise"Istock
Sommaire

Comment rester actif lorsqu’on cesse son activité professionnelle ? C’est la question que se pose toute personne qui s’apprête à partir à la retraite après avoir passé la majorité de sa vie à travailler. Il ne semble pas y avoir de recette miracle, simplement un partage d’expériences entre ceux qui sont déjà passés par là et ceux qui attendent cette prochaine étape avec impatience, ou qui la redoutent.

Patrice vient de franchir ce cap et, après une vie passée à travailler, il est certain d’une chose : les activités sont essentielles pour réussir cette nouvelle vie. "J’ai arrêté mes activités professionnelles de direction il y a deux ou trois ans – je suis toujours administrateur et actionnaire – et j’avais créé une société de consulting que j’ai menée pendant trois ans, avec une vision en tête", explique-t-il, précisant qu’il croit "assez peu à la rupture brusque". "Je suis en train d’arrêter mes activités professionnelles, je m'étais donné comme échéance de basculer complètement à l’automne dernier", ajoute l’ancien actif. Avant d’opérer ce changement, il a décidé de s’isoler : "Je suis parti trois semaines sur les routes de France avec mon vélo parce que j’avais besoin de réfléchir et de voir comment les choses allaient s’organiser". À son retour, il savait ce qu'il voulait faire et comment il allait s'organiser.

Départ à la retraite : "Le plaisir de donner et de partager"

S’il a arrêté de travailler, Patrice n’a pas pour autant arrêté de faire des activités car, explique-t-il, "il ne faut pas confondre cessation d’activité rémunérée avec cessation d’activité tout court". Il estime que chaque personne est riche de deux potentiels, "un potentiel humain et un potentiel professionnel". Désormais, il organise sa vie autour de ces deux pôles : le professionnel se manifeste par son intervention au sein de structures associatives qui font de l’accompagnement d’entrepreneurs. Mais il a aussi des activités qui s'inscrivent dans une dimension complémentaire, "des choses que j’avais envie de faire et qui n’ont pas de rapport direct avec mon activité professionnelle", précise-t-il.

Une fois par semaine, Patrice va faire la lecture aux enfants de maternelle. "Aujourd’hui, je n’ai pas de petits-enfants, donc ça m’intéressait d’être confronté de nouveau à la réalité des petits. Je fais ces lectures dans une école d’un quartier populaire, près de chez moi, avec des enfants issus de milieux qui ne sont pas forcément hyper favorisés", explique-t-il. Cette activité, Patrice l’exerce dans le cadre d’une association locale car c’est à ce niveau-là qu’il souhaitait s’investir, dans sa ville des Hauts-de-Seine et dans le département. "Chaque semaine, je vais lire des histoires à des enfants qui sont en grande section de maternelle, qui ont donc entre cinq et six ans, c’est un partenariat qui dure toute l’année". Patrice donne également des cours de Français à des adultes étrangers, qui ont entre 25 et 50 ans. Une fois par semaine, il apprend la langue à une dizaine de personnes, qui viennent d’horizons et de pays différents. Ce qu’il retire de ces activités ? "Le plaisir de donner et de partager". Une dimension qui est essentielle à ses yeux lorsqu'on arrive à la fin de son activité professionnelle. Mais il insiste avant tout sur la nécessité d’avoir une activité, tout simplement. 

Départ à la retraite : "Je ne me vois pas vivre sans activité" 

Pour Patrice, il est essentiel de rester actif après sa retraite. "Je ne me vois pas vivre sans activité", explique-t-il, son épouse ayant décidé de travailler encore trois ans. "Le choix s’opère entre des activités de transmission ou de partage. J’ai fait longtemps du théâtre, du chant, j’ai fait une pause pour l’instant, là ce sont des activités de partage". Sa nourriture, désormais, "est plutôt dans le partage d’expérience et dans la transmission". "Il y a longtemps que je sais que le partage d’expérience est un plaisir. C’est un plaisir de voir des gens qui apprennent le Français un petit peu grâce à vous et qui font des progrès, c’est un plaisir de rendre attentif les enfants qui écoutent, qui vous reconnaissent et qui vous font la fête quand ils vous voient", s'enthousiasme-t-il. "L’activité est vitale dans mon quotidien et je prends plus de plaisir dans le partage que dans le fait de faire des activités plus personnelles aujourd’hui", conclut Patrice.

S’il n’a plus d’activité rémunérée, Patrice court toujours autant après le temps : "Pour moi, c’est une vision très personnelle, mais quand on rentre dans cet univers d’activités, la seule différence avec la relation professionnelle c’est qu’il n’y a pas de rémunération à la fin du mois. En termes d’engagement, de contrat, de formation… Que ce soit la lecture, les cours de Français, c’est structuré, encadré, j’ai passé mon premier trimestre à avoir des formations. Mis à part le fait que ce ne soit pas rémunéré, ça ne va pas changer grand-chose par rapport à l’engagement". Comme avec une activité professionnelle, il doit trouver un remplaçant lorsqu'il ne peut pas assurer son cours de Français, et il ne peut pas laisser les élèves de maternelle sans lecture plusieurs semaines.

Ce qu’il aime particulièrement dans cette nouvelle vie ? "La notion de diversité, de parler à des enfants de cinq ans, à des immigrés qui ont cinquante ans". Peu importe les activités qu’une personne décide de faire à sa retraite, pour Patrice il y a une étape essentielle : tout préparer en amont.

Départ à la retraite : "Une nouvelle vie, ça s’organise"

S’il estime que c’est très compliqué de donner des conseils sur la manière d’organiser cette nouvelle étape de la vie, Patrice tient à avertir ceux "qui s’arrêtent d’un seul coup et qui n’ont rien préparé derrière". "C’est vraiment une nouvelle vie, et une nouvelle vie ça s’organise. Y compris sur le plan affectif, il faut réapprendre à vivre avec son conjoint. C’est une nouvelle vie à tous les niveaux, particulièrement quand les deux personnes se trouvent à la retraite au même moment". "L’après vie professionnelle, en tout cas la première partie, est vraiment une nouvelle vie, qui permet à la fois de capitaliser sn expérience professionnelle, d’en faire profiter ceux qui sont intéressés et en même temps de s’offrir des activités dans des domaines qui correspondent à nos centres d’intérêts", ajoute Patrice.

Téléchargez votre guide mutuelle (gratuit) !

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la newsletter de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.