Depuis le 16 janvier 2021, le couvre-feu a été étendu de 18h à 6h du matin, dans toute la France métropolitaine. En cas de non-respect de la mesure, et de motifs de sortie non valables, vous risquez une amende de 135 euros. Il est toutefois possible de la contester, selon les cas. Voici comment.
Couvre-feu : dans quels cas pouvez-vous contester une amende ?IllustrationAFP

De 18h à 6h du matin, les Français sont actuellement assignés à résidence. En cas de non-respect du couvre-feu, instauré pour lutter contre la propagation de la Covid-19 et des nouveaux variants, vous serez pénalement sanctionné. Comme le rappelle le site du gouvernement, "le non-respect de l’interdiction des déplacements constitue une infraction. En cas de violations répétées, les infractions deviennent plus graves et les sanctions sont plus sévères. L’infraction peut aller d’une contravention, à un délit, et les sanctions peuvent aller d’une amende à une peine de prison assortie de peines complémentaires".

En effet, seuls les motifs autorisés peuvent vous permettre d’échapper aux 135 euros d’amende : travail, accompagnement d’enfants, assistance aux personnes vulnérables, raison médicale, judiciaire ou administrative… Pour vous faciliter la tâche et éviter tout malentendu lors d’un contrôle, mieux vaut vous munir d’une attestation dérogatoire de déplacement, disponible sur le site du ministère de l’Intérieur.

Toutefois, la loi ne vous impose pas de la fournir. Il vous faudra cependant montrer aux forces de l’ordre tout document justifiant votre sortie.

Non-respect du couvre-feu : ce que vous risquez

Vous n’avez pas de motif valable de déplacement ? La première infraction de 135 euros peut être majorée à 375 euros (en cas de non-paiement ou de non-contestation dans le délai indiqué sur l'avis de contravention). Si vous récidivez dans les 15 jours, vous écoperez alors d’une amende de 200 euros, majorée à 450 euros. Après 3 infractions en 30 jours, vous risquez un PV de 3750 euros passible de 6 mois d'emprisonnement.

Vous estimez avoir été verbalisé à tort ? Voici vos recours.

Vidéo : Covid : les sanctions des pays européens en cas de non-respect de l’isolement

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la newsletter de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.