Tout effrayant qu'il puisse sembler, le Brexit n'en a pas moins quelques avantages. Particulièrement de notre côté de la Manche ou certains en tirent d'incroyables profits financiers…

C’est précisément parce qu’il inquiète à ce point la perfide Albion que le Brexit s’avère si profitable à certains de nos compatriotes. C’est particulièrement vrai pour quelques calaisiens qui bénéficient très fortement de l’angoisse de nos voisins britanniques. Ces derniers, qui anticipent la séparation entre le Royaume-Uni et l’Union Européenne, font d’importants stocks d’alcool - et tout particulièrement de vin -, indique le quotidien local La Voix du Nord. Les deux derniers mois, que de nombreux commerçants décrivent comme une période "de folie", ont été marqués par un afflux de clients anglais si considérables que les prix sont affichés… en livres sterling.

"Les clients sont venus faire des stocks. Chaque jour était comme un samedi avant Noël", assurent les équipes du Majestic Wine Superstore, où "99% de la clientèle est anglaise". La perspective d’un rejet, par les députés britanniques, du deal proposé par l’UE pousse ces amateurs de vin français à dévaliser les négociants du nord du pays. Et pour cause ! L’actuelle législation est très intéressante puisqu’elle permet de transporter 110 litres de bière, 90 litres de vin et 30 de spiritueux par passage. Mais elle pourrait être revue à la baisse. D’autant plus de raison de stocker dès à présent…

Publicité

En pratique, rappelle Capital, le Royaume-Uni représente le deuxième client de la France, en matière de vins et de spiritueux. En 2018, les anglais ont importé pour 1,3 milliards d’euros d’alcool français…

Publicité

Brexit : palettes, papier-toilette… pourquoi ces produits inquiètent-ils tant les britanniques ?

En dehors du vin, et autres spiritueux, les produits qui angoissent les britanniques sont nombreux. C’est le cas, notamment, du papier toilette dont nos voisins anglais pourraient être amenés à manquer en cas de hard Brexit. C’est en tout cas ce qu’explique l’ancien ministre des Affaires européennes Denis McShane.

"Les Anglais sont les plus gros consommateurs de papier toilette en Europe", a-t-il détaillé avant d’assurer que le Royaume-Uni ne disposait que d’une seule et unique "journée de stock". "Les derrières britanniques devront être essuyés avec des journaux déchirés, comme autrefois", a-t-il poursuivi sur le plateau de C dans l’air, dont Capital  reprend les informations.

Cependant, un récent reportage paru dans la presse anglaise nuance le risque. D’après Andrew Large, le directeur général de la confédération britannique des industrie du papier, le pays pourrait tenir plusieurs mois. C’est en tout cas ce qu’il a expliqué aux micros de la BBC, célèbre média anglophone.

Autre source d’inquiétude pour les politiques de l’île d’Albion ? Les palettes de bois. En effet, celles produites par l’Angleterre ne correspondent pas aux normes de l’Union Européenne et ne pourraient donc pas être exportées. C’est pourquoi le gouvernement britannique a organisé des réunions d’urgence avec les principaux acteurs de l’industrie concernée, explique Business Insider.