Une idée simple qui peut vous coûter cher. Un réseau soupçonné d'escroquerie a mis en place tout un système pour encaisser les chèques dérobés. Ils viennent d'être interpellés à Nantes.
Illustration

Arnaque aux chèques volés : 50 000 euros de préjudice

Une dizaine de personnes sont concernés. Les suspects, arrêtés ce mardi 5 février à Nantes, ont tenté de détourner plus de 190 000 euros, dévoile France Info.  Mais après annulation de certains ordres de virement, le préjudice est estimé à 50 000 euros.

Leur pratique est d'une simplicité absolue. Une fois les chèques fauchés et remplis, ils étaient encaissés via des automates, à l’aide de cartes bancaires déclarées comme volées par des complices. Cela s'avère être un moyen efficace pour créditer les sommes sur des comptes bancaires, sans que la banque n’ait le temps de procéder à une vérification.

Pour brouiller les pistes, les montants étaient ensuite directement transférés sur des comptes en Allemane et en Grande-Bretagne.

Une enquête a été ouverte en août dernier, à la suite d’une première plainte.

Arnaque aux chèques volés : trois frères en sont à l’origine

Une fratrie à la tête du réseau.

Au total, huit personnes ont été placées en garde à vue. Six d’entre elles, soupçonnées d'être les fausses victimes de ces vols, ont été interpellées : cinq à Nantes et une à Orléans.

Et parmi les quatre individus suspectés d’avoir déposé les chèques, se trouvent trois frères, âgés de 21, 24 et 25 ans. Ils ont d’ailleurs été considérés comme les leaders de cette organisation. Si deux ont été arrêtés à Nantes (un se trouvait déjà à la maison d'arrêt), deux autres sont en fuite.

Sur les huit gardés à vue, un a toutefois été mise hors de cause. Un autre est un mineur. Les six autres seront convoquées devant le tribunal de grande instance de Nantes, le 19 mars 2020.

Vidéo : Distributeur de billets : attention à cette technique de piratage !

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la matinale de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.