Le co-fondateur de Sonic Youth était de passage à Paris pour un concert le 22 octobre au Trabendo. L'occasion d'une discussion éclairante sur son dernier album "Spirit Counsel".
Thurston Moore voit son dernier album comme un contrepoint aux discours pour diviser de "Trump, Johnson ou Le Pen"

Sorti le mois dernier, le dernier album de Thurston Moore, Spirit Councel, est un ovni hypnotique et expérimental long de 2h30, composé de trois titres seulement. Quand on demande à l'ex-Sonic Youth rencontré mardi 22 octobre avant son concert au Trabendo à Paris si certaines plages méditatives de ce projet sont un appel à la méditation, sa réponse se fait politique.

"Pour moi, c'était intéressant de s'éloigner du micro, se concentrer sur le langage de la musique, sans parole, et rétrospectivement, ça tient à ce qui arrive dans le monde, où il y a trop de brouhaha, où le langage oral est vidé de sens par certains leaders, pour diviser les gens, comme Donald Trump, Boris Johnson ou Marine Le Pen", répond-il de sa voix douce.

"Je voulais me concentrer sur un langage qu'ils ne savent pas utiliser, je pense qu'ils ne savent pas jouer de la musique, ou alors je serais curieux d'écouter leur musique", poursuit le musicien érudit âgé de 61 ans, qui conserve son éternelle allure d'étudiant, avec baskets et manteau long. "Ce ne sont pas des artistes en tout cas et leur vision est auto-centrée, aux dépens du paysage social autour d'eux".

Hommage à trois femmes...

Vidéo : Bug à la pompe essence : le carburant est gratuit !