Dans « Per comme personne », la documentariste audio Nina Almberg propose un voyage sonore dans les années 1970, à la rencontre de son géniteur disparu.
Sur Arte radio, voyage sonore sur les traces de Per, ce père un peu héros, un peu salaud

ARTE RADIO - PODCAST

C’est une histoire qui dure depuis la nuit des temps : d’où venons-nous ? Qui étaient, qui sont vraiment nos parents ? Ces questions résonnent tout particulièrement en Nina Almberg. Depuis ce jour de 1995 où sa mère lui a dit : « Ton père est mort. » Elle avait 6 ans, des cheveux blonds, une frange coupée de travers et des chaussures vernies. C’était il y a vingt-quatre ans et, depuis, comme elle le dit dans ce très beau podcast intitulé Per comme personne : « Ça n’arrête pas de me hanter. »

En 2016, cette jeune réalisatrice diplômée de Sciences Po et de l’Institut national de l’audiovisuel (INA) avait déjà posé un premier caillou sur le chemin des retrouvailles avec son père. Dans J’apprends le Danemark (sur Arte Radio, déjà), elle racontait comment, à la mort de ce dernier, d’origine danoise, elle avait soudain refusé de prononcer un seul mot dans cette langue et lâchait, comme un aveu : « Un jour, j’essaierai de reconstituer son parcours. » Avant d’ajouter immédiatement, un rien bravache : « Mais plus tard. » Il lui aura fallu trois ans pour reprendre le fil de son...

Vidéo : Bug à la pompe essence : le carburant est gratuit !