La préfet de la Drôme a dénoncé le "sabotage" d'une installation électrique alimentant la ligne à grande vitesse entre Paris et Marseille. Les rares TGV circulant entre Paris et Marseille..
"Sabotage" de la ligne TGV Paris-Marseille dans la Drôme

La préfet de la Drôme a dénoncé le "sabotage" d'une installation électrique alimentant la ligne à grande vitesse entre Paris et Marseille.

Les rares TGV circulant entre Paris et Marseille étaient détournés jeudi sur la voie classique après le "sabotage", selon le préfet de la Drôme, d'une installation électrique alimentant la ligne à grande vitesse au niveau de Chabrillan (Drôme). Le préfet Hugues Moutouh a fait le lien avec la grande journée de mobilisation contre la réforme des retraites: "il n'est pas possible de tolérer les actes de sabotage au nom de revendications sociales ou protestations syndicales", a-t-il déclaré dans un communiqué. Pour le représentant de l'Etat, cette dégradation est le fait "de voyous" qui "mettent en danger la sécurité des personnes".

Je tiens à condamner de la façon la plus ferme les actes de sabotage des câbles électriques alimentant la ligne LGV dans le secteur de Chabrillan. @Gendarmerie_026 est sur place. Ces actes qui mettent en danger la sécurité des personnes sont le fait de voyous et punis par la loi.

— Préfet de la Drôme (@Prefet26) December 5, 2019

Dans un tweet, la députée LREM de la Drôme Célia de Lavergne a également condamné la destruction de la ligne d'alimentation du TGV. "Toute contestation peut et doit se manifester dans l’exercice du droit de grève mais pas via ces actes malveillants. Et qui va payer au final ? Les voyageurs ! Inacceptable", a-t-elle lancé.

Je condamne fermement...

Aidez Unicef à venir en aide aux enfants démunis ! Découvrez le leg

Vidéo : Bug à la pompe essence : le carburant est gratuit !