La préservation du statut, qui permet aux policiers de partir plus tôt à la retraite, était l'un des mots d'ordre de la manifestation de mercredi.
Retraites : le gouvernement veut modifier le régime spécial police

Pour faire passer leur message, sept syndicats de policiers ont puisé dans le répertoire du film noir à la française. « Braquage des retraites : mélodie en sous-sol ! » Le tract qu’ils diffusent depuis plusieurs jours ne raconte pas le casse d’un casino, comme dans le long-métrage d’Henri Verneuil, mais un hold-up encore plus spectaculaire : celui que le gouvernement s’apprête, d’après eux, à commettre sur leur régime spécial de pensions. « Inacceptable ! », est-il écrit en lettres capitales rouges. La préservation du statut, qui permet aux forces de l’ordre de partir plus tôt à la retraite, était l’un des mots d’ordre de la « marche de la colère », mercredi 2 octobre à Paris.

Le matin même, le ministre de l’intérieur, Christophe Castaner, avait indiqué que le régime des policiers sera modifié, tout en tenant compte « de la dangerosité de leur métier ». Mais, avait-il ajouté, une « différence » sera faite entre ceux qui, sur le terrain, s’exposent à des risques et les autres, employés dans les bureaux.

Une déclaration que les syndicats n’ont guère appréciée, d’autant qu’elle marque,...

Vidéo : Bug à la pompe essence : le carburant est gratuit !