CYBERATTAQUES - Les tentatives d'extorsion via des logiciels de piratage se multiplient. Face à ce chantage, certaines entreprises cèdent néanmoins et versent une rançon.. sans pour autant récupérer l'accès à leurs données.
Racket numérique : voilà pourquoi il est préférable de ne pas verser d'argent aux hackers !

En France comme à l’étranger, le nombre de victimes de "racket numérique" ne cesse de croître. Selon un rapport de la société Emsisoft, quelque 966 entités ont été visées par une attaque au ransomware  (ou rançongiciel, en bon français) l’an dernier, pour un coût total de plus de 7,5 milliards de dollars.  La combine ? Un logiciel malveillant, dissimulé dans la pièce-jointe d’un e-mail ou dans une clé USB, rend illisible les données d’un système informatique et le rend inutilisable jusqu'au paiement d'une somme d'argent.

Une activité criminelle pour le moins lucrative, la rançon pouvant aller de quelques centaines à plusieurs millions d’euros, selon qu'il s'agisse d'une PME ou d'un grand groupe. Les autorités françaises recommandent de ne pas verser l’argent et de porter plainte. Mais bon nombre de victimes finissent par céder au chantage. Or, comme le montre une enquête menée par l’entreprise de cybersécurité (...)

Vidéo : Bug à la pompe essence : le carburant est gratuit !