Soixante ans après le film triomphal réalisé par Robert Wise et honoré par dix Oscars, Steven Spielberg signe une nouvelle adaptation de « West Side Story », la comédie musicale initialement créée par Leonard Bernstein et consorts sur les planches en 1957. Sa version raconte-t-elle l'Amérique d'aujourd'hui ? Éléments de réponse.
Que vaut le "West Side Story" de Steven Spielberg ?

Dans sa longue carrière souvent passionnante, Steven Spielberg n’a jamais eu peur d’arpenter les territoires de fiction les plus divers. Et les derniers films en date du cinéaste, dont le remarquable Pentagon Papers (sur l’activisme de certains journalistes au début des années 70, pour dénoncer des manipulations d’État concernant la guerre du Vietnam), prouvaient que le metteur en scène, 74 ans, n’avait rien perdu de son étonnante capacité de renouvellement. Il a en effet toujours slalomé entre les blockbusters haut de gamme façon Jurassic Park et les fictions ambitieuses comme La liste de Schindler, Lincoln ou Le Pont des espions, son film d’espionnage sur fond de guerre froide.Jamais en panne de projets inédits, Spielberg se lance un défi sur le papier improbable en signant une nouvelle version d’un grand classique du musical américain : West Side Story. En 1961, Robert Wise avait triomphé avec la première adaptation pour le grand écran du drame lyrique de Leonard Bernstein, Arthur Laurents, Jerome Robbins et Stephen Sondheim créée en 1957 à Broadway et lui-même inspiré par l’inusable Roméo et Juliette de Shakespeare.À LIRE AUSSI : "Les Dents de la Mer" : il y a 45 ans,...