Tout les a opposés, tout les oppose encore. À la barre du procès des sondages de l'Élysée, Emmanuelle Mignon et Claude Guéant, deux anciens collaborateurs de Nicolas Sarkozy, s'écharpent violemment mais avec élégance. Passion contre flegme. Pas sûr que l'ancien chef de l'État apprécie ce déballage sur les coulisses de sa présidence.
Procès des sondages de l'Élysée : le duel Guéant-Mignon, plongée dans les coulisses du pouvoir

C’est un constat rare à cette barre correctionnelle : elle assure. Elle connaît bien le dossier. S’explique avec des airs de sincérité. Et surtout, surtout, elle assume sa part d’erreur. Mieux, elle la revendique. Emmanuelle Mignon, ancienne directrice de cabinet de Nicolas Sarkozy à l’Élysée, répond aux questions du tribunal sans donner l’impression de passer quoique ce soit sous silence. Dans une salle clairsemée, cette ancienne haut fonctionnaire devenue avocate, révèle tranquillement les coulisses des premiers mois de la présidence Sarkozy. Elle détaille son « effroi » quand elle a découvert, « effaré » que « cette maison ne respectait pas le code des marchés publics ». « C’était une institution sans règle ! » Qu’a-t-elle fait ? Avec sa voix forte, ses expressions carrées, et son franc parlé, la directrice de cabinet raconte comment elle s’est attelée « à remettre de l’ordre ».À LIRE AUSSI : Procès des sondages de l'Élysée : cinq proches de Sarkozy devant la justiceEt tout le paradoxe de cette affaire des sondages de l’Élysée saute aux yeux : Emmanuelle Mignon, en préconisant la mise en œuvre du code des marchés publics, et autorisant le contrôle du budget de la présidence par...

Retrouvez vos produits et commandez en ligne ! High-Tech, Cuisine & Maison et Bien-être, retrouvez nos offres !