Plus les adeptes du ricanement éreintent Zemmour, plus ce dernier a de quoi avoir le sourire.
"Pour que le temps de parole des adversaires de Zemmour soit décompté dans le sien"

« La critique est la puissance des impuissants » disait Lamartine, qui ne connaissait pourtant ni « Quotidien », ni France Inter, ni Charline Vanhoenecker. Plus les adeptes du ricanement éreintent Zemmour, plus ce dernier a de quoi avoir le sourire. Il faut dire que vouloir faire le « buzz » avec un « zob », comme l’a fait Charline, n’est pas seulement affligeant, c’est oublier un peu vite que le rôle du comique est avant tout de faire rire. Or, comme le disait si bien Pierre Dac, « on peut rire de tout, mais pas pour rien ».Quand un autre humoriste, Gaëtan Mathis, se plaît à imaginer Zemmour en victime du Bataclan, on se dit que ce ne sera pas difficile pour le Z de passer pour le facteur X. Même le Canard n’a rien trouvé de mieux que de reprendre un article d’un magazine féminin pour le blâmer. Si même le Palmipède bat de l’Elle… Avec des ennemis comme ça, l’éditorialiste n’a pas besoin d’amis. C’est presque injuste pour les autres candidats d’avoir des contempteurs aussi contents d’eux. Pour le contrer, il ne semble plus y avoir qu’une seule solution : que le temps de parole de ses adversaires soit décompté dans le sien dès qu’il aura annoncé sa candidature.Les éditorialistes...

Retrouvez vos produits et commandez en ligne ! High-Tech, Cuisine & Maison et Bien-être, retrouvez nos offres !