Considéré par l'accusation comme un «élément déterminant» ou un «catalyseur» dans le départ de nombreux Français vers la Syrie, cet homme de 35 ans a été condamné à 22 ans de..
Mourad Farès, recruteur du djihad, condamné à 22 ans de prison

Considéré par l'accusation comme un «élément déterminant» ou un «catalyseur» dans le départ de nombreux Français vers la Syrie, cet homme de 35 ans a été condamné à 22 ans de réclusion criminelle vendredi à Paris.

L'ex-recruteur djihadiste Mourad Farès, 35 ans, a été condamné vendredi soir à Paris à 22 ans de réclusion criminelle pour avoir incité des dizaines de jeunes à partir faire le djihad en Syrie et pour y avoir dirigé un groupe de combattants francophones. La cour d'assises spéciale a assorti cette condamnation, conforme aux réquisitions de l'avocate générale, d'une période de sûreté des deux tiers.

Mourad Farès, qui avait fui la Syrie à l'été 2014, un an après son arrivée, est resté impassible dans le box à l'énoncé du verdict. La représentante de l'accusation avait appelé à sanctionner son rôle «déterminant» dans l'embrigadement de nombreux jeunes, voire très jeunes, et fustigé chez l'accusé l'absence d'un «réel repentir».

A lire :Djihad, la filière bretonne

Vendredi, «pour la première fois» depuis son incarcération en France en septembre 2014, Mourad Farès avait exprimé ses «regrets», mais il a «une responsabilité plus importante que celle qu'il a accepté d'endosser», avait estimé la magistrate.

A l'audience, l'accusé s'était défendu d'être un recruteur de premier plan, reconnaissant avoir pu «indirectement» inciter à des départs via ses vidéos de propagande et avoir «facilité» de...

Vous aussi vous avez un peu de temps devant vous ? Profitez de 30 jours d'essai gratuit à Prime Video pour voir et revoir tous les films et séries préférés.

Vidéo : Bug à la pompe essence : le carburant est gratuit !